En France, le moral des ménages se dégrade en octobre

Dans un supermarché à Coutances, en Normandie, en 2015.

L’inquiétude refait surface. Le moral des ménages repart à la baisse en octobre, les Français s’inquiétant davantage pour leur situation financière à venir et leur capacité d’épargne future, a rapporté l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) mercredi 27 octobre. L’indicateur synthétique mesurant cette confiance est retombé à 99, soit en dessous de sa moyenne de longue période qui est de 100, et alors qu’elle était à 101 en septembre, détaille l’Insee.

En octobre, alors que l’inflation croît de manière importante et que les prix de l’énergie flambent, « la part des ménages qui considèrent que le niveau de vie en France va s’améliorer au cours des douze prochains mois est en baisse », constate l’Insee dans son communiqué.

« Les prix vont augmenter »

La part des ménages qui considère que les prix ont augmenté au cours des douze derniers mois est « en très forte hausse » et atteint son plus haut niveau depuis 2012. « Les ménages estimant que les prix vont augmenter au cours des douze prochains mois sont eux aussi plus nombreux en octobre », précise le communiqué.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Gaz, électricité… Ce que les consommateurs peuvent faire face à la flambée des tarifs

Résultat, ceux qui estiment que leur situation financière va se dégrader sont plus nombreux et la proportion des ménages qui envisagent de faire des achats importants diminue, même si elle reste encore légèrement au-dessus de sa moyenne de longue période. Et la part de ceux qui pensent que leur capacité d’épargne future va diminuer augmente fortement.

Lire notre reportage : Article réservé à nos abonnés Hausse du prix des carburants : à Dijon, le ressentiment des automobilistes

En ce qui concerne l’emploi, la crainte du chômage continue à décroître fortement : cette peur est « très au-dessous de sa moyenne de longue période ».

Lire aussi Article réservé à nos abonnés En France, le retour à un niveau de PIB d’avant-Covid s’accompagne d’une nette baisse du chômage

Le Monde avec AFP