En France, les magasins de vélos en plein essor, boostés par la hausse de la pratique de la bicyclette

Des clients patientent devant un magasin de vélos, à Crépy-en-Valois (Oise), en mai 2020.

Un air de fête. Une performance d’artiste, de la musique, une quarantaine d’invités. Ce jeudi 10 juin, profitant de l’assouplissement des mesures sanitaires, le fabricant anglais de vélos Brompton devait inaugurer officiellement sa première boutique en France. Situé rue de Rivoli, à Paris, le magasin est ouvert depuis le 29 mai. Dans un local de 90 m² dont la vitrine a été décorée par l’artiste Lucas Beaufort, les aficionados de cette marque spécialisée dans le vélo pliant trouvent les modèles, classiques (à partir de 1 500 euros) ou à assistance électrique (3 500 euros) et la bagagerie adaptés à tous les déplacements.

Pour Brompton, dont l’usine est située dans l’Ouest londonien et qui a écoulé 5 000 vélos en France en 2020, la nouvelle boutique constitue autant un point de vente qu’« une vitrine marketing » destinée à « partager l’amour de la marque », assure, enthousiaste, Fabien Pejoan, son responsable commercial. L’époque est, il est vrai, aux réjouissances chez les marchands de vélos. Dans la seule ville de Paris, le nombre de magasins de cycles est passé de 82 à 167 entre 2014 et 2020, selon les observations de l’Atelier parisien d’urbanisme.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Longtemps espérée, la révolution du vélo a enfin lieu. Mais elle tourne à l’embrouille générale »

En France, si l’organisation professionnelle du secteur, Union sport et cycle, ne produit aucun inventaire officiel, Nicolas Mercat, de la société de conseil Inddigo, répertoriait « 2 400 » points de vente en 2019, et Olivier Schneider, président de la Fédération française des usagers de la bicyclette, estime leur nombre à « 3 000 » aujourd’hui. En plus des magasins de 500 à 1 000 m² situés en zone commerciale, qui continuent de prospérer, s’ouvrent désormais de nombreuses boutiques beaucoup plus petites, parfois seulement 30 ou 50 m², dans les centres ainsi que dans les banlieues des grandes villes.

« Avenue passante »

Ces dernières semaines, alors que le printemps est traditionnellement la meilleure saison pour les ventes, les ouvertures s’enchaînent à bonne vitesse, comme en témoigne David Deprez, heureux représentant de l’enseigne Les cyclistes branchés, à Charenton-le-Pont (Val-de-Marne). Dans un décor de béton brut et de tuyauteries désaffectées repeintes en noir, le commerçant expose, depuis le 11 mai, quelques dizaines de vélos, ainsi que des accessoires, proposés par des marques triées sur le volet, comme Kalkhoff, Vepli ou Winora.

Les commerçants choisissent toujours leur emplacement avec soin, de préférence non loin d’une piste cyclable, où les clients pourront tester les produits

Il vous reste 55.2% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.