En France, moins de chômage, mais plus de précarité au troisième trimestre

Encore une statistique qui confirme la vigueur de la reprise. Au troisième trimestre, le nombre de demandeurs d’emploi sans aucune activité (catégorie A) a diminué de 5,5 % pour se situer à un peu plus de 3,54 millions sur l’ensemble du territoire (outre-mer compris, sauf Mayotte), d’après les données diffusées, mercredi 27 octobre, par la Dares, la direction chargée des études au ministère du travail. Cette forte baisse permet d’effacer les dégâts causés par la crise : en effet, ce chiffre côtoie, en restant un peu inférieur, le niveau des trois derniers mois de 2019.

Lire aussi Le chômage en baisse de 1,3 % au deuxième trimestre

Cette tendance concerne toutes les tranches d’âge, mais elle s’avère plus forte, en métropole, pour les moins de 25 ans : − 8,4 %, contre − 5,9 % pour les personnes de 25 à 49 ans et − 4,1 % pour les seniors. En revanche, les personnes inscrites à Pôle emploi tout en exerçant une activité réduite (catégories B et C) voient leurs effectifs s’accroître : + 4,2 % en un trimestre dans l’Hexagone. Mais si l’on s’intéresse à l’ensemble des demandeurs d’emploi, qu’ils travaillent ou non (catégories A, B et C), l’évolution reste favorable (− 1,9 %), le nombre de personnes dans cette situation redescendant à 5,87 millions alors que la barre des 6 millions avait été dépassée en 2020.

Si la catégorie A de Pôle emploi continue de se réduire au fil des mois, c’est, bien évidemment, lié au dynamisme de l’économie. Au troisième trimestre, le nombre de déclarations d’embauche de plus d’un mois (hors intérim) a progressé de 11,4 %, pour se situer à un peu plus de 2,44 millions, d’après l’Urssaf. « Un tel niveau n’avait pas été atteint depuis vingt et un ans », a déclaré, mardi, la ministre du travail, Elisabeth Borne, en se réjouissant de ce « record historique », alors qu’elle était auditionnée par la commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale.

Une majorité d’embauches par des CDD de moins d’un mois

C’est dans le tertiaire que le nombre de recrutements a le plus fortement augmenté (+ 12,3 %), mais l’industrie et la construction enregistrent également des performances enviables, avec respectivement + 8,7 % et + 6,4 %. Cependant, la majorité des embauches s’effectue par le biais de CDD de moins d’un mois, ce type de contrats représentant 63 % d’entre elles du début de juillet à la fin de septembre. Dans certains secteurs, cette proportion est particulièrement élevée : 91 % dans les arts, spectacles et activités récréatives, 80,4 % dans l’action sociale et l’hébergement médico-social, par exemple.

Grâce à la reprise, le taux de chômage des jeunes est revenu « à son niveau d’avant [la] crise », selon Mme Borne. Mais il reste « proche de 20 % », ce dont « on ne peut se satisfaire », a ajouté, mardi, la ministre du travail. C’est pourquoi l’exécutif s’apprête à dévoiler de nouvelles mesures en faveur des moins de 25 ans qui ne sont ni au travail, ni en formation, ni dans un établissement d’enseignement. Ces dispositions prendront la forme d’un « revenu d’engagement » ou d’un « contrat d’engagement », dont les contours devraient être présentés, au début de novembre, par Emmanuel Macron.

Il vous reste 19.24% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.