En Grèce, la charité bien ordonnée des « seigneurs de la mer »

Les chefs d’Etat du groupe EU Med réunis au Centre culturel de la Fondation Stavros Niarchos, à Athènes, vendredi 17 septembre 2021.

Au sud d’Athènes, face à la mer d’un côté et vue sur l’Acropole de l’autre, le Centre culturel de la Fondation Stavros Niarchos (SNFCC), un temple moderne tout de verre, illustre l’omniprésence dans l’espace public des fondations des puissants armateurs du pays. Abritant l’Opéra national grec, la Bibliothèque nationale de Grèce, un vaste jardin à la méditerranéenne, le lieu offre des centaines d’activités gratuites par an (des concerts, du cinéma en plein air, des cours de yoga ou d’informatique…).

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Véritable institution à Athènes, les cinémas en plein air rouvrent

C’est là que Barack Obama a prononcé en novembre 2016 – lors de sa dernière tournée européenne en tant que président des Etats-Unis – un discours sur la démocratie. C’est là encore que les dirigeants du sud de l’Europe se sont réunis, vendredi 17 septembre, dans le cadre du groupe EU Med, pour discuter des défis régionaux. La Fondation Stavros Niarchos (SNF), du nom de l’armateur décédé en 1996, a investi environ 630 millions d’euros pour développer ce site avant de le remettre à l’Etat grec en 2017, tout en continuant à financer en partie son fonctionnement.

« A l’époque, en pleine crise économique, la création par un architecte de premier plan tel que Renzo Piano (…) était pour beaucoup un luxe, une folie. Pour nous, c’était la preuve de notre foi, l’espoir d’un avenir meilleur pour la Grèce », raconte le coprésident de la SNF Andreas Dracopoulos, depuis New York, où il vit une partie de son temps. « Aujourd’hui, près de cinq ans après l’achèvement du projet, le SNFCC est devenu un point de repère tant pour le pays qu’au niveau international et, plus important encore, il a été adopté par la population », ajoute-t-il.

Avec leurs 4 546 navires, les armateurs sont à la tête de la première marine marchande au monde. Particulièrement présents dans le pétrole (23,8 % de la flotte mondiale de tankers) et le vrac (18,5 % des vraquiers), ils pèsent près de 10 % du produit intérieur brut grec, représentant ainsi le deuxième secteur économique après le tourisme (plus de 20 %).

Guerre d’indépendance

L’importance des « seigneurs de la mer » en Grèce est liée au rôle qu’ils ont joué dans la guerre d’indépendance (1821-1829). « Les armateurs ont offert des navires de guerre indispensables à la victoire contre les Ottomans. Puis, après la première guerre mondiale puis la seconde, des grandes dynasties comme celle des Onassis et des Niarchos ont vu le jour. Le commerce international se développait à ce moment-là, mais, surtout, il était nécessaire de reconstruire les flottes anéanties par les conflits », explique Giorgos Foustanos, historien spécialiste de la marine marchande.

Il vous reste 74.36% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.