« En renonçant aux sous-marins français, l’Australie fait une mauvaise affaire »

Tribune. L’annonce brutale, le 15 septembre, de l’accord trilatéral entre les Etats-Unis, l’Australie et le Royaume-Uni, baptisé « Aukus », crée de nouvelles failles et un nouveau ressentiment au sein de l’Alliance atlantique. Cet accord n’apporte rien de nouveau pour la sécurité régionale par rapport à ceux existant de longue date entre les Etats-Unis et l’Australie, si ce n’est la coopération sur les sous-marins nucléaires, qui lui donne une dimension inédite.

Les Etats-Unis et la Chine cherchent à affirmer leur prééminence dans la zone Indo-Pacifique et multiplient les démonstrations de force. L’Australie a longtemps hésité dans son positionnement vis-à-vis de la Chine, son premier partenaire commercial. En sommeil depuis plusieurs années, le Dialogue quadrilatéral (Quad) pour la sécurité entre les Etats-Unis, l’Australie, l’Inde et le Japon a été relancé en novembre 2020. L’administration Biden semblait vouloir étendre l’alliance à la Corée du Sud et à d’autres pays de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (Asean). Aukus change la donne avec des alliés asiatiques qui s’inquiètent ou prennent leurs distances. L’Australie marque de plus en plus de défiance à l’égard de la Chine, qui la menace de rétorsions. Le contexte se durcit, tandis qu’un nouveau pas est franchi dans la course aux armements.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « L’Australie inscrit la modernisation de sa flotte de sous-marins dans une alliance diplomatico-militaire plus protectrice que celle avec la France »

La France entendait bâtir avec l’Australie un partenariat stratégique fondé sur la fourniture, par l’industriel de défense français Naval Group, de douze sous-marins conventionnels de classe Attack. Le déroulement du contrat, signé en 2016, et qui a fait l’objet depuis de nombreuses attaques commerciales, médiatiques et politiques, ne justifiait pas une rupture. Ce revers est un coup dur porté à l’industrie navale française car il pourrait ternir son image dans les futurs appels d’offres. Le carnet de commandes de Naval Group n’inspire pas d’inquiétude majeure à court et moyen terme grâce aux importants programmes nationaux, mais des difficultés sectorielles pourraient apparaître rapidement.

Se déployer en mer de Chine

Enfin, la France n’a jamais été consultée sur l’option de la propulsion nucléaire ni sur la fourniture de sous-marins d’attaque Barracuda, trois fois moins chers, semble-t-il, que les sous-marins américains de classe Virginia. Lorsque le programme de sous-marins a été lancé en 2007, la mission de la marine australienne était de prévenir piraterie, trafics et immigration illégale. L’offre française répondait à ce besoin. Des études australiennes établissaient alors que la propulsion nucléaire serait extrêmement coûteuse et à très haut risque, l’Australie y avait donc renoncé. Bien que les réserves exprimées en 2007 soient toujours valables, l’Australie a finalement décidé de se doter de sous-marins nucléaires. Elle n’entend plus simplement protéger ses abords et sa zone économique exclusive, mais ambitionne de se déployer à très grande distance, notamment en mer de Chine. Elle s’enferme dans l’affrontement entre blocs et s’interdit désormais une voie médiane.

Il vous reste 52.48% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.