Entrez dans l’automne en chansons

LA LISTE DE LA MATINALE

Cette semaine, nous vous proposons une sélection autour du mois de septembre et de l’automne – saison dans laquelle nous sommes entrés mercredi dernier – des thèmes souvent associés à la nature, mais aussi à des sentiments amoureux, à la nostalgie d’un temps passé.

« Indian Summer », par Nancy Sinatra et Lee Hazlewood

Le tube de l’été 1975 avait une saison d’avance. Le single L’Eté Indien, interprété par Joe Dassin, s’est écoulé à 2 millions d’exemplaires à travers le monde, dont 800 000 en France. Le morceau a connu une genèse un peu mouvementée : intitulé au départ Africa, composé par le groupe italien Albatros – dont l’un des auteurs était Toto Cutugno – et chanté en anglais, le titre devait initialement être adapté en français et interprété par Claude François. Mais Jacques Plait, directeur artistique de Joe Dassin, acquiert finalement les droits. La chanson est réarrangée et les paroles modifiées en romance d’automne par Claude Lemesle et Pierre Delanoë.

Le succès est tel que le chanteur d’Et si tu n’existais pas enregistrera aussi des versions du tube en italien, en espagnol, en allemand et en anglais. Cette dernière, intitulée Indian Summer, sera reprise à l’automne 1976 par le duo pop américain Nancy Sinatra et Lee Hazlewood. Il faut dire que la composition, qui sort un peu des standards habituels avec son long couplet parlé, se marie parfaitement avec la voix de Lolita de la chanteuse de These Boots Are Made for Walkin’et celle du crooner moustachu à la voix de baryton. Cette reprise a été récemment exhumée par le label Light in the Attic, sur la formidable double compilation de la fille de Frank Sinatra, Start Walkin’1965-1976. Franck Colombani

« Autumn Serenade », par John Coltrane et Johnny Hartman

Dans la discographie du saxophoniste John Coltrane, existe un album enregistré en mars 1963 avec le chanteur Johnny Hartman. Coltrane, qui a formé un an plus tôt un quartette devenu historique avec le pianiste McCoy Tyner, le contrebassiste Jimmy Garrison et le batteur Elvin Jones, est alors dans une recherche musicale qui va emprunter au free jazz, un développement du jeu collectif, et aussi une recherche spirituelle. Le disque John Coltrane and Johnny Hartman, sorti par Impulse ! Records en juillet 1963, peut donc sembler plus classique que ce vers quoi avance Coltrane, en particulier lors des concerts. Il s’inscrit pourtant en relation avec une collaboration précédente avec Duke Ellington sur un album publié début 1963. Parmi les six standards qui y figurent, le morceau Autumn Serenade, composé par Peter De Rose, dont le texte de Sammy Gallop mentionne « les feuilles qui semblent tomber comme des larmes/les étoiles argentées accrochées au ciel d’automne » et un amour qui a cessé en octobre. Sylvain Siclier

Il vous reste 65.14% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.