« EPS et culture olympique ne sont pas si cloisonnées et ont tout à gagner de leur complémentarité »

Tribune. Les récentes interventions du ministre de l’éducation Jean-Michel Blanquer vantant les mérites du sport à l’école dans les réussites sportives aux Jeux olympiques de Tokyo ont provoqué de vives réactions de la part des sportifs. Certains, à l’instar du basketteur Evan Fournier, affirmant qu’ils ne devaient rien à l’école, et d’autres au contraire, comme Martin Fourcade, défendant l’école dans l’accompagnement sportif qu’elle leur avait apporté. Il semble donc important aujourd’hui de faire un point sur les finalités du sport à l’école.

Qu’y a-t-il de si différent entre le badminton pratiqué en éducation physique et sportive (EPS) et celui des Jeux olympiques ? La distinction semble pourtant importante. Combien d’élèves ont entendu dire « je ne suis pas prof de sport, je suis professeur d’EPS » ?

Problématiques du moment

La culture sportive est bien ancrée chez les enseignants d’EPS, dont la plupart sont issus du milieu sportif et de l’entraînement. Chacun s’étant engagé dans la filière Sciences et techniques des ­activités physiques et sportives (Staps) par amour du sport, ils ont été formés à une multitude d’activités faisant d’eux des sportifs polyvalents et des pédagogues capables d’adapter leur enseignement pour répondre à des problématiques locales. « Profs de sport » ils le sont, tout autant que « profs d’EPS ». Car ce qui compte, c’est ce qu’ils font vivre à leurs élèves au quotidien par l’utilisation des activités physiques, sportives et artistiques, olympiques ou non.

L’éducation physique et sportive n’a pas pour enjeu de former des champions. Elle répond à des problématiques du moment (la santé, l’écologie, etc.) tout en faisant vivre des expériences marquantes, collectives et communes à des millions d’élèves qui leur permettent de comprendre pourquoi un arbitre siffle une faute, d’être impressionnés face à une figure de gymnastique, ou de comprendre la valeur collective de la victoire même lorsqu’il s’agit d’un sport individuel.

Lire aussi la tribune : « Le sport mérite-t-il d’être encore enseigné à l’école ? »

Si l’EPS peut se vanter d’une chose, ce n’est peut-être pas de la formation d’une élite sportive, mais de tous ces pratiquants et supporteurs lucides et cultivés prêts à supporter leur nation. Chacun ayant eu une expérience singulière dans ces activités.

Il est étonnant d’apprendre que l’objectif « 30 minutes d’activité physique quotidienne à l’école primaire » est une nouveauté, alors que les programmes du primaire prévoient trois heures d’EPS par semaine soit quarante-cinq minutes par jour. Plus ambitieux encore que les nouveaux objectifs fixés.

Il vous reste 54.8% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.