Eric Jager, l’historien qui a livré un « Dernier duel »

L’issue de l’affrontement entre Jean de Carrouges (Matt Damon, à droite) et Jacques Le Gris (Adam Driver) décidera du sort de la victime.

Une époque répond parfois à une autre. En adaptant Le Dernier Duel, récit du médiéviste Eric Jager, publié en France chez Flammarion en 2010, le réalisateur anglais Ridley Scott lui a trouvé une résonance en phase avec le mouvement #metoo, encore relancé par le hashtag #DoublePeine, faisant suite à la récente polémique visant le commissariat de Montpellier concernant une victime de viol.

« Ce duel montre une Europe à un croisement, sur le point de découvrir la modernité. Je vois beaucoup de monde aujourd’hui refuser d’être vacciné gratuitement en pleine pandémie. Au Moyen Age, les gens auraient tout donné en échange d’un vaccin contre la peste. » Eric Jager

Le fait divers documenté par ce professeur à l’université de Californie, à Los Angeles, est pour le moins hors du commun. En 1386, deux seigneurs ­normands, Jean de Carrouges et Jacques Le Gris, décident de porter devant Dieu leur différend. L’épouse de Carrouges, Marguerite, accuse Le Gris de l’avoir violée, profitant de l’absence de son mari. Le Parlement de Paris autorise, décision inhabituelle, un duel judiciaire. Si Jean de Carrouges venait à perdre (et donc mourir), son corps serait pendu et son épouse brûlée vive, puisque le vaincu est considéré comme un menteur face à Dieu.

« Répondre à une accusation de viol par un procès par combat peut apparaître pour le moins étrange, note Eric Jager, mais cette histoire fait émerger toute une époque. Il y a d’abord le traitement scandaleux des femmes, fruit d’une culture violente et guerrière combinée à un système judiciaire qui n’est pas encore celui que nous connaissons. En théorie, la justice divine s’exerçait à travers un duel qui révélerait la vérité. L’idée continue de séduire. N’oublions pas qu’en 1967, deux députés français s’étaient affrontés en duel [Gaston Defferre, alors député socialiste des Bouches-du-Rhône et maire de Marseille, avait traité d’un nom d’oiseau René Ribière, député gaulliste du Val-d’Oise]. Plus récemment, aux Etats-Unis, Rudy Giuliani, l’avocat de Donald Trump, en appelait à un “procès par combat” pour trancher les élections contestées de 2020. »

Un fait divers chroniqué par Jean Froissart

Au début des années 1960, le père d’Eric Jager travaillait pour l’OTAN, et sa famille s’était installée pendant deux ans à Châteauroux. L’enfant, alors âgé de 5 ans, est vite fasciné par le passé médiéval de la ville. De ce séjour est resté à ses parents un amour de la langue française, et l’obligation faite à leur fils de la parler et de la lire. Ainsi, le passionné de base-ball a finalement choisi la littérature médiévale.

Il vous reste 53.23% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.