Evergrande poursuit sa chute pour son retour en bourse

La dégringolade n’en finit pas pour Evergrande : le groupe immobilier chinois ultra-endetté, dont la faillite potentielle pourrait ébranler l’économie du pays asiatique, a vu son action s’effondrer jeudi 21 octobre, à son retour en Bourse à Hongkong.

Ce promoteur, l’un des plus gros de Chine, qui possède notamment le club de football Guangzhou FC entraîné jusqu’à peu par le champion du monde italien Fabio Cannavaro, traîne une ardoise d’environ 260 milliards d’euros.

Le cours de l’action Evergrande a chuté de 10,5 % jeudi lors des premiers échanges à la Bourse de Hong Kong, signe de la faible confiance que les investisseurs accordent encore au groupe moribond.

Ce plongeon intervient peu après l’annonce par l’entreprise de l’échec de la vente de 50,1 % du capital de l’une de ses filiales à un autre promoteur chinois, Hopson. L’affaire aurait pu rapporter 2,2  milliards d’euros.

Evergrande avait suspendu sa cotation à Hong Kong le 4 octobre après plusieurs échéances manquées de remboursements de prêts.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Xu Jiayin, le patron mégalo d’Evergrande qui fait trembler la planète finance

Le groupe avait annoncé mercredi soir que les échanges boursiers sur son action reprendraient ce jeudi, tout en avertissant qu’il pourrait « ne pas pouvoir honorer ses obligations financières ».

Dans l’attente d’une réaction de Pékin

Des dizaines de propriétaires lésés, n’ayant pas reçu livraison de leur appartement, ainsi que des fournisseurs non payés, avaient manifesté en septembre devant le siège du groupe à Shenzhen (sud de la Chine).

Evergrande « va continuer à mettre en œuvre des mesures pour atténuer [ses] problèmes de liquidités », avait assuré mercredi le promoteur immobilier pour tenter de rassurer les investisseurs.

Malgré une tempête en septembre sur les marchés financiers, inquiets des répercussions d’une faillite potentielle du groupe, Pékin n’a toujours pas dit clairement s’il se porterait ou non au secours de l’entreprise.

Evergrande, qui s’est lancé ces dernières années dans une diversification tout azimuts, se débat depuis plusieurs semaines pour honorer ses paiements d’intérêts et ses livraisons d’appartements.

Outre l’immobilier, le groupe, sûr de sa force financière, avait investi dans le tourisme, le numérique, les assurances, la santé ou encore la voiture électrique, ce qui explique en partie sa dette abyssale.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés « L’assainissement du secteur immobilier chinois est indispensable, mais il ne se fera pas sans douleur »

La mauvaise santé d’Evergrande n’est toutefois qu’un des symptômes d’un secteur immobilier chinois globalement grippé.

Chute de l’immobilier en Chine

Les prix des logements neufs sont ainsi en repli pour la première fois en six ans, dans un contexte de méfiance des acheteurs face au risque de faillite de plusieurs promoteurs.

Dans 70 grandes et moyennes villes de Chine, les tarifs étaient ainsi orientés à la baisse sur un an en septembre, a indiqué mercredi le Bureau national des statistiques (BNS), sans donner de pourcentage précis.

Selon les calculs de l’agence Bloomberg, les prix ont baissé en moyenne de près de 1 %. Une petite révolution, alors que le secteur immobilier a longtemps été l’une des locomotives de l’économie chinoise avec la construction de millions de logements. Une frénésie stimulée par le besoin de la plupart des Chinois d’accéder à la propriété, étape quasi-obligée avant un mariage.

Face au gonflement de la dette dans l’immobilier, les régulateurs ont imposé l’an passé au secteur « trois lignes rouges », des ratios prudentiels qui visent à réduire le recours à l’emprunt des promoteurs. Les plus fragilisés d’entre eux peinent, depuis, à maintenir à flot leurs activités.

Fin septembre, Evergrande a ainsi été dans l’incapacité d’honorer des remboursements d’emprunts, totalisant 131 millions de dollars (113 millions d’euros). Et ce mois-ci, le groupe n’a pu honorer un troisième prêt d’un montant de 148 millions de dollars (127 millions d’euros).

Evergrande dispose toutefois d’un délai de grâce de 30 jours pour chaque emprunt. La date butoir du premier paiement tombe le 23 octobre, soit ce samedi.

Pékin a tenté de rassurer la semaine dernière sur la santé du groupe. La banque centrale chinoise a estimé que la situation d’Evergrande était certes délicate mais que le risque de contagion au système financier était « gérable ».

Lire aussi  la tribune : Article réservé à nos abonnés Chine : « Le géant immobilier Evergrande est le symbole des limites d’un modèle économique dont Pékin veut s’extraire »

Le Monde avec AFP