Facebook : Frances Haugen, une lanceuse d’alerte à la démarche très structurée

La lanceuse d’alerte Frances Haugen arrive à son audition à la commission sénatoriale américaine, à Washington (Etats-Unis), le 5 octobre 2021.

« J’ai eu l’impression que face à des conflits d’intérêts, entre ses profits et la protection des utilisateurs, Facebook choisissait de façon répétée ses profits. » Frances Haugen a expliqué ainsi pourquoi elle est devenue « la lanceuse d’alerte de Facebook » à la commission sénatoriale américaine qui l’auditionnait ce mardi 5 octobre. En mai, cette employée de 37 ans a décidé de quitter le réseau social en emportant des milliers de documents de forums internes.

Lire aussi Une lanceuse d’alerte accuse Facebook de « choisir le profit plutôt que la sécurité » de ses utilisateurs

Mme Haugen est une spécialiste des « classements algorithmiques » qui servent à hiérarchiser les contenus sur les plates-formes. Après un diplôme de management à l’université de Harvard et des études d’informatique, elle a été embauchée par Google puis est passée par les réseaux sociaux Pinterest et Yelp, avant d’entrer chez Facebook en 2019. Motivée par la « perte d’un ami tombé dans la désinformation », elle y a intégré l’équipe « civic integrity », chargée de lutter contre les fake news et les discours de haine, notamment dans les élections. Mme Haugen dit avoir ensuite été progressivement découragée, en raison de budgets trop limités ou de son impuissance à réduire les problèmes dans les pays en développement. Sa « goutte d’eau » aura été le démantèlement, fin 2020, de l’équipe « civic integrity » par Facebook, qui dit avoir réparti ses tâches dans d’autres services.

Huit plaintes déposées

Frances Haugen n’est pas la première employée de Facebook à démissionner, ni la première spécialiste de l’éthique à critiquer le business d’un géant du numérique. Ce qui la distingue est l’aspect très structuré de sa démarche. Elle a initié une séquence médiatique et politique millimétrée : enquêtes dans le Wall Street Journal, interview au magazine « 60 Minutes », diffusé sur la chaîne de télévision américaine CBS News, où elle se dévoile, audition devant la commission à laquelle elle a transmis ses documents…

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Facebook accusé d’inaction face à des dérives créées par ses applications

Elle est de plus très soutenue par Whistleblower Aid, une ONG spécialisée dans l’aide aux lanceurs d’alerte, fondée par l’avocat John Tye, qui avait lui-même dénoncé des agissements de la NSA, l’Agence nationale de sécurité américaine. Cette association s’appuie sur le statut protégé de lanceur d’alerte, créé par la loi Dodd-Frank de 2010, avec un bureau dédié à la Securities and exchange commission (SEC). C’est d’ailleurs auprès de ce gendarme des marchés financiers qu’elle a déposé huit plaintes assurant que Facebook a menti aux investisseurs. Et Whistleblower Aid intègre aussi dans sa stratégie les « compensations » que la SEC peut accorder aux lanceurs d’alerte pour leurs informations, qui se comptent parfois en millions de dollars.

Il vous reste 12.2% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.