« Fake news, la machine à fric », sur France 2 : les annonceurs ne boudent pas les sites de « désinformation »

Tristan Waleckx, nouveau présentateur du magazine « Complément d’enquête » sur France 2.

FRANCE 2 – JEUDI 2 SEPTEMBRE À 22 H 55 – DOCUMENTAIRE

« Les grandes chaînes de télé désinforment. Elles ne disent pas la vérité. » Catherine, psychanalyste, l’affirme posément devant la caméra, au côté de son mari Gérard, ingénieur à la retraite, depuis le joli salon de leur maison francilienne. Le charme bucolique tranche avec les propos de ce couple « CSP ++ » qui préfère aux JT les thèses complotistes, voire pédosatanistes, véhiculées par des internautes, tels Silvano Trotta, Jean-Jacques Crèvecœur ou… Pierre Barnérias, coréalisateur de Hold-Up, documentaire bourré de contre-vérités sorti en novembre 2020 et visionné 6 millions de fois.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Le drôle de duo derrière « Hold-up », le documentaire au relent complotiste

Hold-Up a totalement été financé par des dons. Dont celui de Catherine et Gérard, qui ont déboursé 1 000 euros avant d’être invités à une projection privée le 13 mars 2020 pour les généreux donateurs. Frappés de constater qu’il ne s’agissait pas d’un public sous-éduqué, mais néanmoins impossible à raisonner – et à faire raisonner… –, le documentaire de Sylvain Louvet (prix Albert-Londres 2020) et Aude Favre présenté dans « Complément d’enquête », aborde justement cette facette de la planète complotiste : le financement des sites de « fake news ».

Ces derniers généreraient quelque 2,6 milliards de dollars (2,2 milliards d’euros) de revenus publicitaires par an, selon une étude de NewsGuard et Comscore. Les deux journalistes, aidés d’un panel de 50 citoyens représentatifs, ont, dans un premier temps, répertorié les marques présentes sur ces sites, puis ont tenté de rencontrer des responsables chez ces annonceurs – Bouygues, Google…

« C’est pas mon problème »

Mais aussi le service public. Contacté par téléphone sur la présence d’une publicité incitant les contribuables à déclarer leurs revenus par Internet, un représentant du ministère des finances affirme sans complexe : « Madame Michu, si elle croit que les carottes traitent le cancer, c’est pas mon problème. Ces gens-là, il faut quand même qu’ils déclarent leurs revenus. Ça reste une audience, il y a un public ! C’est pas une cible rédhibitoire. »

France Télévisions elle-même a été saisie la main dans le sac, avec trois publicités sur le site de FranceSoir – classé rouge car il « enfreint gravement les principes journalistiques de base », rappelle le documentaire. Pourtant, la question n’est posée à aucun responsable de la chaîne qui consacre sa soirée à ce sujet explosif…

Joint le 30 août, Sylvain Louvet révèle qu’il a évincé deux interviews, dont celle de Vincent Flibustier, « qui assume de mêler vraies et fausses informations sur [son site] NordPress. Il m’a dit : La connerie est un grand gâteau et je veux prendre ma part. » Espérons que ce bien nommé Flibustier sera convié sur le plateau de « Complément d’enquête », désormais présenté par Tristan Waleckx (lui aussi prix Albert-Londres).

Fake news, la machine à fric, de Sylvain Louvet et Aude Favre (Fr., 2021, 52 min). « Complément d’enquête » sur France 2.