Festival « off » d’Avignon : les coups de cœur du « Monde »

Le Festival « off » d’Avignon poursuit sa route jusqu’au samedi 31 juillet. Comme toutes les manifestations culturelles, ce vaste rassemblement du spectacle vivant devra, à partir de mercredi 21 juillet, se soumettre à la règle du passe sanitaire. Espérons que cette nouvelle mesure ne découragera pas les festivaliers tant il y a de belles créations à découvrir dans les 116 lieux de ce rendez-vous foisonnant.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi A Avignon, le festival « off » s’adapte aux mesures anti-Covid

Cette édition 2021 du « off » compte 1 070 propositions. Alors, forcément, il est impossible de tout voir. Mais voici, parmi la quinzaine de spectacles que nous avons pu découvrir, nos « coups de cœur », dans des registres artistiques très différents.

Lire aussi : Le « off » d’Avignon affiche 1 070 spectacles
  • « Incandescences », d’Ahmed Madani : un hymne enchanteur à la jeunesse
« Incandescences », d’Ahmed Madani.

Quelle réussite que ce troisième volet de la trilogie imaginée par Ahmed Madani pour raconter la jeunesse des quartiers populaires ! Galvanisante, touchante, drôle, cette chronique sentimentale et intime, dont l’amour est le fil conducteur, met en scène neuf comédiens qui se confient et convoquent leurs souvenirs avec une énergie communicative.

Ils s’appellent Philippe, Virgil, Merbouha, Julie, Marie, Izabela, Ibrahima, Aboubacar, Jordan et se racontent, entre réalité et fiction, avec une sincérité qui touche au cœur et ne s’oublie pas. Quête d’identité, découverte de la sexualité, poids des traditions, relations entre les hommes et les femmes et acceptation de se laisser guider par les sentiments, les scènes et thématiques se succèdent et le public est happé par ces témoignages où se mêlent fierté, doute et espérance.

Ahmed Madani a le don pour récolter la parole de ces jeunes et la transformer en un récit universel passionnant et formidablement mis en scène. Après Illumination(s) (2013) et F (l) ammes (2018), ce troisième volet termine en beauté une aventure théâtrale qui relève de la performance.

« Incandescences », texte et mise en scène d’Ahmed Madani, au Théâtre des Halles, à Avignon, jusqu’au 30 juillet, à 11 heures. Relâche les mardis. Puis en tournée du 9 au 27 novembre à Bruxelles, le 2 décembre à Béziers, le 10 à Sevran, le 14 à Val-de-Reuil, le 16 à Cachan, etc. Le texte de la pièce est publié aux éditions Actes Sud.

  • « La Métamorphose des cigognes », de Marc Arnaud : un gobelet, mille possibilités
Marc Arnaud dans « La Métamorphose des cigognes ».

C’est l’histoire d’un homme seul face à un gobelet dans une salle de recueil de sperme. L’infirmière vient de lui expliquer tout le « protocole », sa femme est au bloc opératoire pour la ponction ovarienne, bref, pour lui, il n’y a plus qu’à. Oui mais voilà, ce moment si prosaïque pour permettre de faire un enfant par fécondation in vitro (FIV) peut devenir un puits de questionnements. Dans un solo remarquablement interprété, Marc Arnaud livre ses états d’âme de père en devenir et joue tous les personnages croisés au fil de cette aventure à la fois grave et joyeuse, intime et poétique.

Il vous reste 61.93% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.