France Télévisions condamné pour avoir porté atteinte à l’image d’un agriculteur, devenu un mème malgré lui en 2015

Le siège de France Télévisions, à Paris, le 5 avril 2016.

France Télévisions a été condamné par le tribunal de Dax, mercredi 15 septembre, à verser 10 000 euros de dommages et intérêts à un chasseur landais pour avoir diffusé des images de lui en sous-vêtements et armé d’une pelle dans un reportage de 2015. Jean-Marc Dutouya était devenu, malgré lui, une célébrité des réseaux sociaux à cause de cet épisode, des extraits ayant été détournés à des milliers de reprises sur Internet.

« Ce jugement met le droit en conformité avec la morale en reconnaissant cette atteinte intolérable au droit à l’image » de Jean-Marc Dutouya, a affirmé à l’Agence France-Presse (AFP) son avocat, Frédéric Dutin. Le 9 novembre 2015, une demi-douzaine de membres de la Ligue de protection des oiseaux (LPO), dont son président Allain Bougrain-Dubourg, avaient pénétré dans un champ du village d’Audon (Landes) pour détruire plusieurs matoles (pièges à petits oiseaux) afin de dénoncer le braconnage de pinsons, une espèce protégée.

Lire aussi Les « mèmes », ces héros malgré eux

Lors de cette action, régulière dans les Landes à cette période de l’année, les militants et des journalistes avaient été pris à partie par les propriétaires, la famille Dutouya. L’altercation, entre insultes, menaces, bousculades et coups de pelle, avait duré plusieurs minutes jusqu’à l’arrivée de gendarmes. La mère octogénaire de M. Dutouya avait été bousculée. Quatre véhicules de journalistes avaient eu des pneus crevés. Les images tournées par France 3 avaient été diffusées et ont constitué, selon Jean-Marc Dutoya, une dégradation de son image et une atteinte à sa réputation.

« La justice a dit non »

En juillet 2018, Jean-Marc Dutouya avait été condamné en appel à une amende de 400 euros pour violences avec arme. Entretemps, sa photo en slip et t-shirt, armé d’une pelle, avait été l’objet d’innombrables détournements sur Internet.

« Un homme chez lui dans son jardin peut-il être livré en pâture n’importe comment ? La justice a dit non », s’est félicité Me Dutin, précisant que son client, qui réclamait 200 000 euros de dommages, était « extrêmement satisfait ». France Télévisions, qui n’avait pas réagi dans un premier temps, devra de plus verser 5 000 euros de frais de procédure et flouter les images du chasseur, selon l’avocat.

Le Monde avec AFP