François-Henri Désérable reçoit le Grand Prix du roman de l’Académie française

François-Henri Désérable pose avec son livre à l’Académie française, à Paris, le 28 octobre 2021.

Le Grand Prix du roman de l’Académie française a été remis, jeudi 28 octobre, à François-Henri Désérable, avec Mon maître et mon vainqueur, publié aux éditions Gallimard. Le jeune romancier de 34 ans signe là le récit – truffé de références lettrées – d’un amour qui se termine mal.

Natif d’Amiens, il a d’abord été hockeyeur professionnel, tout en se consacrant à l’écriture. « J’ai commencé à écrire à 18 ans après avoir lu Belle du seigneur. Albert Cohen avait obtenu le Grand Prix du roman en 1968. Donc je suis heureux », a déclaré le lauréat, après la proclamation du prix.

Lire la chronique du livre de François-Henri Désérable : Article réservé à nos abonnés Evariste

L’Académie française lui avait déjà remis le prix Amic en 2013 pour Tu montreras ma tête au peuple, des portraits de personnages de la Révolution française dans leurs derniers instants avant d’être guillotinés.

« Geste confraternel »

La décision s’est faite au troisième tour, avec dix voix contre neuf pour Gilles Martin-Chauffier, auteur du Dernier Tribun, racontant les mémoires fictives d’un Athénien dans la Rome de Jules César, publié chez Grasset. L’autre finaliste était le Sénégalais Mohamed Mbougar Sarr, avec La Plus Secrète Mémoire des hommes, roman publié chez Philippe Rey, encore en lice pour le prix Goncourt le 3 novembre.

Les finalistes étaient présents à l’Académie française même s’ils connaissaient le résultat du scrutin. « L’Académie est très sensible à ce geste confraternel », a dit la secrétaire perpétuelle Hélène Carrère d’Encausse. François-Henri Désérable a estimé qu’ils « méritaient ce prix autant que [lui] ».

Lire la chronique du livre de François-Henri Désérable : Article réservé à nos abonnés Un certain M. Piekielny

Le Monde