François, Valérie, Nicolas et Carla : c’est peut-être un détail pour vous

Pascale Arbillot, Grégory Gadebois, Jean Dujardin et Doria Tillier sont à l’affiche de « Présidents », d’Anne Fontaine, actuellement en salle.

Mise au vert

Sont-ils en campagne ou à la campagne ? Dans Présidents, d’Anne Fontaine, tout tourne autour de cette drôle de question, et des états d’âme de deux chefs d’Etat descendus de leur trône. L’un s’appelle Nicolas et est particulièrement revanchard, l’autre s’appelle François et semble plus apaisé. Mais l’appel du pouvoir demeure, et l’air de la campagne est parfois trouble, surtout quand elle devient électorale.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Présidents » : quand la réalisatrice Anne Fontaine imagine François s’allier à Nicolas

Politique rustique

Après avoir quitté le pouvoir, François est parti se mettre au vert, ­visiblement débarrassé de toute ambition politique. De fait, il s’adonne désormais aux plaisirs simples de la nature en cultivant un look d’aspirant gentleman-farmer. Ce pull col polo, coincé entre une chemise en popeline bleu ciel et une veste en sergé de laine vert, trahit un lifestyle rustique, et laisse même à penser que la cheminée ne chauffe pas la maison de façon tout à fait suffisante…

Mode Conservateur

Chez Nicolas, la décontraction passe, plus subtilement, par le choix de la chemise, en l’occurrence un modèle bleu ciel en oxford à col boutonné, que les experts, ou les racontars, désigneront volontiers par l’anachronisme OCBD (oxford cloth, button down). Plus décontractée que la chemise de François, plus sport aussi, celle-ci, souvent griffée Brooks Brothers, ou Ralph Lauren, est, aux Etats-Unis, une pièce iconique de la garde-robe du week-end des républicains et ­conservateurs de tout poil. On ne se refait pas, même après son mandat.

Guerre des boutons

Puisqu’on est aux Etats-Unis, notons que Nicolas porte également un jeans, et que celui-ci est équipé d’une braguette à boutons. Ce qui nous permet de rappeler que les tout premiers jeans, commercialisés par Levi’s en 1873, étaient équipés de boutons et qu’il a fallu attendre presque un demi-siècle pour voir apparaître, d’abord chez Lee, des modèles à fermeture éclair. A l’époque, on pensait que ces modèles zippés attireraient davantage la clientèle féminine.

Port de l’angoisse

La question se pose donc : la femme de François, interprétée par Pascale Arbillot et baptisée Valérie dans le film, porte-t-elle un jeans à zip ou à boutons ? A défaut de réponse ferme (on miserait quand même volontiers sur un zip), nous nous contenterons de constater que celle-ci pratique le fameux « main rentrée dans la poche du jeans, pouce sorti ». Si cette posture trahit souvent le port d’un jeans serré et d’une poche trop comprimée pour accueillir le pouce, elle est, pour les spécialistes de l’analyse gestuelle, le signe d’un manque de confiance en soi… Nicolas, lui, a son pouce rentré dans sa poche.