Fusion TF1-M6 : Bouygues et RTL finalisent leur accord

La fusion doit permettre à Bouygues et RTL de créer un grand groupe de la télévision française.

Bouygues et RTL ont finalisé leur accord de fusion des groupes TF1 (propriété de Bouygues) et M6 (propriété de RTL Group), un projet présenté le 17 mai et visant à créer un géant français de la télévision, ont-ils déclaré jeudi 8 juillet dans un communiqué commun.

Le rapprochement prévu pour la fin de 2022 a été approuvé à l’unanimité le 24 juin par les instances représentatives du personnel de Bouygues, TF1 et M6. Mais il doit encore obtenir l’assentiment du CSA (Conseil supérieur de l’audiovisuel) et de l’Autorité française de la concurrence, qui doit notamment se prononcer vis-à-vis de la part de marché très importante qu’obtiendrait le nouveau groupe dans le secteur de la publicité télévisuelle.

Posez vos questions Fusion TF1-M6 : « Les opposants craignent un monopole inédit qui va renchérir le prix des spots télé »

L’Autorité est « en train de préparer le test de marché qui sera réalisé à la rentrée », a annoncé jeudi sa présidente, Isabelle de Silva, avec pour objectif de faire la lumière sur les conséquences de la fusion sur les marchés de la publicité, des droits d’acquisition et de production des programmes audiovisuels et sportifs, et de distribution des contenus.

Trois quarts du marché publicitaire à la télévision française

Le mariage de la première et de la troisième chaîne du paysage audiovisuel français ferait émerger un acteur géant de la télévision, dépassant France TV avec plus de 30 % de part d’audience, et représentant les trois quarts du marché publicitaire sur ce média. TF1 et M6 justifient leur projet par la nécessité de faire face à la concurrence internationale, en particulier celle des grands acteurs mondiaux de l’Internet.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Projet de fusion entre TF1 et M6 : les bans d’un mariage à haut risque

M6, qui possède notamment cinq fréquences TNT et des stations de radio, dont RTL, était à vendre depuis plusieurs mois par son actionnaire principal, le groupe allemand Bertelsmann, par l’intermédiaire de sa filiale RTL Group. Il avait reçu, à la fin de mars, plusieurs offres, dont celles de Vivendi (Canal+), de Xavier Niel (actionnaire à titre individuel du Monde), ou encore de l’entrepreneur tchèque Daniel Kretinsky (actionnaire indirect et minoritaire du Monde), selon des informations communiquées par la presse.

C’est finalement Bouygues, maison mère de TF1, qui l’a emporté avec une offre à 641 millions d’euros. Si la fusion est autorisée, le géant de la construction prendra le contrôle du futur groupe avec 30 % des parts tandis que RTL Group gardera 16 % du capital et agira de concert avec Bouygues. Le patron emblématique de M6, Nicolas de Tavernost, sera alors désigné PDG de la nouvelle entité et l’actuel PDG de TF1 Gilles Pélisson deviendra directeur général adjoint de Bouygues chargé des médias.

Le Monde avec AFP