G7 finances : les Etats-Unis saluent un « engagement sans précédent »

Le G7 finances a tenu une session de négociations de quarante-huit heures à Londres (Royaume-Uni), le 5 juin.

Les Etats-Unis ont salué samedi 5 juin l’accord obtenu par les ministres des finances du G7 ouvrant la voie à un projet de réforme de la fiscalité mondiale, et à un taux d’imposition minimal sur les multinationales. Dans un communiqué, la secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, a salué un « engagement sans précédent » du G7. « Cet impôt minimum mondial va mettre fin à la course vers le bas de la taxation des entreprises, et apporter de la justice pour la classe moyenne et les travailleurs aux Etats-Unis et à travers le monde », a-t-elle ajouté.

Les ministres des finances du G7 se sont engagés sur l’objectif d’un taux d’impôt minimal mondial sur les sociétés d’au moins 15 %, ont-ils annoncé samedi dans un communiqué, à l’issue de quarante-huit heures de négociations.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Le G7 finances fait un pas historique vers une réforme de la fiscalité mondiale

« Une étape historique »

De son côté, le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, a applaudi samedi « une étape historique » dans le « combat » contre « l’évasion et l’optimisation fiscale ». Au sujet du taux d’« au moins 15 % » sur lequel les ministres des finances du G7 réunis à Londres se sont mis d’accord, « c’est un point de départ et dans les mois qui viennent nous allons nous battre pour que ce taux d’imposition minimal soit le plus élevé possible », a assuré le ministre dans un message vidéo publié sur Twitter.

« Le combat va se poursuivre, au G20, à l’OCDE, mais l’étape qui a été franchie, ici, à Londres, dans le cadre du G7, est une étape historique qui doit nous remplir, nous tous Français, de fierté », a-t-il ajouté. Cet accord ouvre en effet la voie à d’autres négociations lors du G20 finances, qui doit se tenir à Venise (Italie) les 9 et 10 juillet, qui pourraient faire avancer davantage ce projet de réforme, soutenu depuis deux ans par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Le Monde avec AFP