Gaz, électricité : c’est le moment de changer de fournisseur d’énergie

Gel des tarifs réglementés du gaz au moins jusqu’au printemps, et plafonnement de la prochaine hausse des tarifs régulés de l’électricité : le « bouclier tarifaire » déployé par le premier ministre Jean Castex n’empêchera pas les factures des consommateurs d’atteindre des sommets cet automne-hiver une fois les chauffages remis en marche, tant les prix ont déjà bondi.

Prenons l’exemple d’une famille rennaise se chauffant au gaz et utilisant 11 000 kWh, soit, à peu de chose près, la consommation moyenne d’un foyer en France : la progression quasi ininterrompue des tarifs réglementés du gaz depuis fin 2020 alourdira sa facture annuelle de 425 euros, soit une hausse de 53,5 % (simulation réalisée à partir des évolutions tarifaires des douze derniers mois) ! Sont concernés par cette envolée quelque 3 millions de foyers restés aux tarifs réglementés, commercialisés par Engie, ainsi que 2 millions ayant choisi une offre dont le prix est indexé sur ces derniers.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Devant la flambée des prix, la Commission ouvre la porte à une réforme du marché européen de l’énergie

Pour l’électricité, l’impact sur les foyers sera un peu moins élevé, « car l’Etat s’est engagé à agir sur la fiscalité de cette énergie » dans le cadre du projet de loi de finances, explique Jean-Raphaël Corvol, directeur du développement du fournisseur Ilek.

Selon le gouvernement, cela doit permettre de limiter à 4 % la prochaine augmentation des tarifs régulés (et des tarifs indexés sur ces derniers), en février 2022. Bien moins que les 12 % initialement annoncés, certes, mais au cœur de l’hiver, la hausse restera notable si vous utilisez l’électricité pour vous chauffer et/ou pour l’eau chaude sanitaire.

Gare aux rattrapages

Comment réagir ? La solution la plus simple consiste à choisir une offre de marché, dont les prix sont librement fixés par les fournisseurs, y compris par les historiques EDF et Engie.

Près de 71 % des particuliers ont déjà quitté les tarifs réglementés du gaz pour ces alternatives. Mais c’est le cas de seulement 34 % des consommateurs d’électricité, selon la Commission de régulation de l’énergie (CRE).

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Passoires thermiques : quelles contraintes vont s’imposer aux propriétaires ?

Y-a-t-il toujours aujourd’hui des économies à réaliser ? Oui, répond Caroline Keller, membre de l’équipe du médiateur de l’énergie. « Certaines offres permettent actuellement d’économiser environ 10 % sur sa facture par rapport aux tarifs réglementés en vigueur (TRV) du gaz et 6 % par rapport à ceux de l’électricité », indique-t-elle.

Si vous quittez les prix réglementés, vous aurez le choix entre deux types de tarifs : les fixes et les indexés (qui le sont, généralement, sur les fameux TRV).

Il vous reste 55.72% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.