« Genera+ion », « Black Mafia Family », « L’Homme de la chambre 301 »… La famille se décline en séries

LA LISTE DE LA MATINALE

C’est la rançon du succès. La demande en matière de séries est telle que commanditaires et créateurs se contentent souvent de recourir à des recettes éprouvées. Les teenagers à la dérive, l’affaire qui fait exploser les conventions bourgeoises, le crime organisé comme ciment familial, on retrouvera ces éléments familiers sous de nouveaux traits, en attendant les vraies surprises, à venir.

« Genera+ion » : série fluide pour ados en quête d’eux-mêmes

Des ados qui couchent, envoient des photos de leurs parties intimes, parlent mal à leurs parents, écoutent du rap bien gras tout en se gavant de sucre… Il n’y a plus grand monde pour s’offusquer de voir à l’écran des jeunes vivre leur vie de jeunes. Avec ses personnages fluides, travaillés par les hormones et bruyamment politisés, la création de Daniel et Zelda Barnz marche ouvertement dans les pas d’Euphoria, autre série pour ados aussi crue mais plus sombre, produite par HBO. Diffusée sur HBO Max, la plate-forme de streaming de la chaîne câblée américaine, Genera+ion semble s’adresser à un public un peu plus jeune, d’où peut-être ces blagues scato qui rappellent l’époque American Pie, ces parties d’« action ou vérité » terminées par des baisers en forme de trahison.

Le centre de gravité de ce petit groupe d’ados californiens à la diversité très 2021 est un jeune homme queer joué, comme souvent dans ce type de séries au contenu explicite, par un adulte. Justice Smith, 25 ans bien sonnés et un des visages les plus intéressants de la nouvelle vague d’acteurs américains, est la révélation de la série, celui qui aimante les regards et attire la tendresse. Genera + ion n’a pas grand-chose de plus à offrir que cela, un écrin pour talents naissants, et ce n’est déjà pas si mal. Pour le reste, la série filme sans point de vue les affres d’un sexe adolescent réduit aux pratiques et à la technique, et n’émeut que lors de quelques envolées lyriques – une virée en décapotable sur du Sébastien Tellier – qui saisissent, même fugacement, la joliesse de cet âge-là. Audrey Fournier

Genera+ion, série créée par Daniel et Zelda Barnz. Avec Justice Smith, Martha Plimpton, Chloe East, Haley Sanchez, Uly Schlesinger, Nathan Stewart-Jarrett, Chase Sui Wonders (EU, 2021, 8 x 30min). Saison 1 diffusée jeudi 30 septembre à 21 h 10 sur Canal+. En intégralité à la demande sur MyCanal.

« Black Mafia Family » : un « family business » réduit aux clichés

Le principal intérêt de cette fresque « gangsta » produite par 50 Cent, qui pour le reste n’en a pas beaucoup, est sans doute de pointer une tendance singulière de la part de la plate-forme StarzPlay (accessible en France avec MyCanal et Prime Video, entre autres) : l’accumulation, ces derniers mois, de contenus ayant pour sujet la communauté noire américaine. De Godfather of Harlem à Blindspotting, en passant par Run the World, c’est toute une programmation à destination d’un public « racisé » qui se dessine. Bien qu’il soit difficile d’évaluer si ce type de curation a une quelconque pertinence en France, le projet n’est pas inintéressant. Sauf que l’ensemble est de qualité très inégale, ce que vient malheureusement confirmer la mise en ligne de Black Mafia Family (BMF).

Il vous reste 56.08% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.