Immobilier : faut-il céder à l’appel de la campagne ?

Après des mois de restrictions de circulation et d’incertitudes, l’été devrait être propice aux promenades. Ce sera peut-être l’occasion de réaliser des visites en vue de l’achat d’une maison ou d’un appartement où passer les vacances, recevoir de la famille ou même télétravailler. « Les recherches de résidence secondaire sont déjà importantes en ce début d’été, avec un intérêt renouvelé pour la campagne et des régions qui n’étaient pas nécessairement très demandées jusqu’alors », constatent Guillaume de Pelet et David Cardozo, fondateurs de l’agence immobilière Equinimo.

S’il est difficile de connaître avec exactitude le nombre de personnes intéressées, le courtier en crédit Pretto a remarqué, parmi les demandes de ses clients, une augmentation de 30 % sur un an de l’intention d’acheter une résidence secondaire. Et selon Alexander Kraft, PDG de Sotheby’s International Realty France, c’est le bon moment pour se lancer : « Le stock de biens à vendre est suffisant et les prix restent abordables, même dans des régions très prisées comme le Luberon ou la Bretagne. »

Rappelons que l’Insee définit la résidence secondaire comme un logement utilisé pour des séjours de courte durée ou pour des vacances et qui n’est pas habité plus de cent vingt jours par an, c’est-à-dire quatre mois. Mais les confinements et l’explosion du télétravail ont rendu plus floue la frontière entre résidence secondaire et résidence principale. « Une partie des clients envisage de passer plus de temps ailleurs que dans les grandes villes, sans tout à fait les quitter. Ils veulent acheter dans des endroits facilement accessibles par les transports et bien connectés à Internet », indique Stéphane Imowicz, président d’Ikory, consultant en immobilier.

Vérifier la connexion Internet

Mais on peut également acquérir une résidence secondaire dans le but de la louer l’été et de rentabiliser ainsi son achat. « Dans ce cas, il s’agit d’un placement et la perspective n’est pas du tout la même. Pour travailler au calme, on peut viser une maison de campagne à proximité des grandes métropoles, mais, pour un placement, il vaut mieux envisager une maison ou un appartement dans un endroit touristique sur le littoral », conseille Philippe Buyens, directeur général du réseau d’agences Capifrance. Acheter pour louer implique également de ne pas pouvoir occuper son logement soi-même pendant la haute saison, c’est-à-dire en été sur le littoral et en hiver à la montagne.

Il vous reste 69.46% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.