Jean-Paul Belmondo est mort : suivez notre direct et posez vos questions

Je dirais que leur entente a été excellente sur les trois films et le court-métrage qu’ils ont tourné ensemble. Il n’y avait pas de relation complice à mon sens, Godard n’entretient pas de réelle proximité avec ses comédiens, sauf Anna Karina. En revanche, les deux hommes se trouvent au bon moment, Godard cherche à mettre en scène un cinéma différent – tournage en extérieur, improvisation, des truction des codes – et Belmondo apparait comme une star différente par son physique. C’est le mariage idéal.

Au-delà d’A bout de souffle, je ne pense pas que Belmondo tenait plus que ça à travailler avec la Nouvelle vague. Il se voulait un acteur populaire, avec une volonté très forte de jouer sur son extraordinaire talent physique et son désir d’être un clown. Néanmoins, plus que Belmondo c’est Godard qui met un terme à sa relation avec l’acteur après Pierrot le fou. Godard part ensuite dans ses délires maoistes, ce n’est plus compatible avec une star comme Belmondo.