Joséphine Baker, sixième femme au Panthéon : quels sont les critères pour y entrer ?

La chanteuse et danseuse Joséphine Baker entrera au Panthéon le 30 novembre, a confirmé l’Elysée, après les informations publiées par Le Parisien dimanche 22 août. Née dans le Missouri en 1906, de son véritable nom Freda Josephine McDonald, figure de la Résistance et de la lutte antiraciste, sera la première femme noire à être ainsi honorée dans la nécropole de Paris, ville où elle est morte en 1975.

Que signifie ce geste symbolique d’entrer au Panthéon et comment la décision est-elle prise ? Explications.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi L’entrée au Panthéon de Joséphine Baker, un symbole pour Emmanuel Macron

A quoi sert le Panthéon ?

L’édifice, dessiné par l’architecte Germain Soufflot en 1764, devait d’abord être une église dédiée à Sainte-Geneviève, patronne de Paris. Mais en 1791, sous la Révolution française, l’Assemblée nationale a décidé d’en faire un temple laïc, baptisé « Panthéon », en référence aux dieux grecs, pour honorer la mémoire des nouveaux héros de la patrie – un équivalent républicain de la basilique Saint-Denis, nécropole des rois de France.

Au fil des soubresauts politiques du XIXe siècle, le Panthéon est redevenu une église ou un temple, avant de retrouver sa fonction première en 1885 pour les funérailles de l’écrivain Victor Hugo. Un décret précise alors que « le Panthéon est rendu à sa destination primitive et légale. Les restes des grands hommes qui ont mérité la reconnaissance nationale y seront déposés ».

Qui sont les « grands hommes » honorés ?

En toute logique, le Panthon a d’abord accueilli des révolutionnaires. Mirabeau fut le premier à y entrer en 1791, mais aussi à en sortir, victime de disgrâce. Marat, Lepeletier et Dampierre ont subi le même sort, contrairement aux philosophes Voltaire ou Rousseau. Plus de la moitié des « grands hommes » ont été panthéonisés sous l’empire napoléonien : pour la plupart, des militaires et dignitaires, aujourd’hui peu connus.

A partir de la IIIe République sont honorés de grandes figures politiques (Sadi Carnot, Jean Jaurès, Léon Gambetta), des écrivains (Victor Hugo, Emile Zola, puis André Malraux et Alexandre Dumas sous la Ve République), des scientifiques (Marcellin Berthelot, Paul Painlevé, puis Pierre et Marie Curie), puis, plus récemment, des résistants. Les Justes, qui ont sauvé des juifs pendant l’Occupation, y ont été collectivement honorés en 2007.

Qu’en est-il des femmes ?

Pendant plus de deux cents ans, les « grands hommes » ont été exclusivement des personnalités de sexe masculin. Seule femme au Panthéon, Sophie Berthelot a été inhumée en 1907 pour ne pas être séparée de son mari, le scientifique Marcelin Berthelot.

Ce n’est qu’en 1995 qu’une femme est entrée au Panthéon en reconnaissance de son travail personnel. Il s’agit de la scientifique Marie Curie, découvreuse de la radioactivité – avec son époux Pierre Curie (panthéonisé la même année) – et seule scientifique à avoir reçu deux prix Nobel dans des disciplines différentes, la physique et la chimie.

En 2013, le président du Centre des monuments nationaux Philippe Bélaval préconise, dans un rapport sur la modernisation du Panthéon, de « rendre hommage à des femmes du XXe siècle incarnant un message fort d’engagement républicain ».

Deux ans plus tard, en 2015, deux femmes résistantes, Germaine Tillion et Geneviève de Gaulle-Anthonioz, y sont inhumées, en même temps que deux hommes résistants, Jean Zay et Pierre Brossolette. Et en 2018, Simone Veil, ancienne déportée et figure politique de premier plan, entre à son tour au Panthéon, aux côtés de son mari, Antoine Veil.

Pour la première fois, en 2021, la cérémonie d’entrée au Panthéon prévue le 30 novembre n’honorera qu’une femme seule, sans conjoint ou compagnon de lutte. Ce sera aussi la première artiste et la première femme noire.

Qui décide une panthéonisation ?

A l’origine, c’est l’Assemblée constituante qui a pris la première décision d’inhumer une personnalité au Panthéon, puis la Convention a pris le relais en 1794. Napoléon Ier s’est ensuite arrogé ce droit sous l’Empire, avant qu’il revienne à nouveau aux députés, à partir de 1885. Depuis la Ve République, c’est une prérogative du président de la République. « Cela fait partie de la redéfinition de ses attributions, même si ce n’est pas précisé dans la Constitution, explique Patrick Garcia, professeur à l’université de Cergy-Pontoise et chercheur à l’Institut d’histoire du temps présent. Rien n’est codifié, le président seul choisit et la décision est mise en œuvre par le ministère de la culture. »

Encore faut-il que la personne elle-même ou ses héritiers ne s’opposent pas à une entrée au Panthéon. Ainsi, le général de Gaulle avait précisé qu’il ne souhaitait pas y être inhumé, et les héritiers d’Albert Camus n’ont pas souhaité que l’écrivain soit honoré par Nicolas Sarkozy en 2009. Il est aussi possible d’être panthéonisé sans être inhumé dans la crypte : c’est le cas d’Aimé Césaire, inhumé à Fort-de-France (Martinique), à qui l’on a consacré une fresque et une plaque dans le monument parisien, mais aussi de Germaine Tillion et Geneviève de Gaulle-Anthonioz. Ce sera également le cas de Joséphine Baker, dont le corps devrait rester au cimetière marin de Monaco où elle a été enterrée, selon l’un de ses fils.

Si un simple décret suffit pour acter le transfert des cendres ou du corps du défunt, il faut compter environ deux mois de préparatifs pour organiser l’événement. Remontée de la rue Soufflot, discours, entrée solennelle… la scénographie très étudiée met autant en avant le président que la personne qu’il souhaite honorer.

Joséphine Baker, médaille de la Résistance française avec rosette, insignes de chevalier de la Légion d’honneur et croix de guerre 1939-1945 avec palme. Sur la photographie, en 1961.

Quels sont les critères d’entrée ?

Le Panthéon est réservé aux « grands hommes qui ont mérité la reconnaissance nationale ». Mais aucun texte ne détaille les mérites demandés. En théorie, il n’est même pas obligatoire d’être de nationalité française, même si c’est le cas de tous ceux qui se trouvent aujourd’hui dans la crypte. En 2014, une pétition avait ainsi proposé l’entrée des résistants du groupe Manouchian : la roumaine Olga Bancic, ainsi que vingt-deux résistants espagnols, hongrois, polonais, italiens ou arméniens.

Toutefois, il existe des critères implicites : on attend une personnalité exemplaire, qui incarne les idéaux de la République (le compositeur Berlioz ou le marquis de La Fayette ont ainsi été écartés pour leur penchant monarchique), et dont le combat fait écho aux valeurs du chef de l’Etat.

L’Elysée a ainsi estimé que Joséphine Baker, par son engagement dans la Résistance, et dans la lutte antiraciste, était « l’incarnation de l’esprit français ». Le communiqué du 23 août ajoute qu’« à travers ce destin, la France distingue une personnalité exceptionnelle, née américaine, ayant choisi, au nom du combat qu’elle mena toute sa vie pour la liberté et l’émancipation, la France éternelle des Lumières universelles ».

Des voix s’élèvent désormais pour que le président Emmanuel Macron transfère au Panthéon les cendres de Gisèle Halimi, avocate engagée et militante féministe, morte le 28 juillet 2020. L’Elysée a fait savoir en mai que « la réflexion [était] en cours », mais son combat pour la décolonisation de l’Algérie rend la décision politiquement sensible.

La tribune : Et si Joséphine Baker entrait au Panthéon ?