Koons, Hirst, Murakami… Derrière les artistes stars, des « petites mains » précarisées

Le Britannique Damien Hirst, l’un des artistes contemporains les plus célèbres au monde, fait régulièrement parler de lui. Il a récemment signé la pochette du dernier album du rappeur Drake, sorti le 3 septembre, Certified Lover Boy, et expose actuellement à la Fondation Cartier, à Paris. Plus discrètement, il a aussi licencié, l’an dernier, 63 de ses 175 employés. Une information révélée à la fin d’août par la presse britannique. Ces assistants étaient notamment chargés de réaliser ses œuvres d’art.

Damien Hirst n’est pas le seul à déléguer son travail. Jeff Koons ou Takashi Murakami, qui figurent parmi les artistes contemporains les plus riches du monde, font aussi appel à ces petites mains, souvent précarisées.

Roxana Azimi est journaliste spécialiste du milieu de l’art à « M le magazine du Monde ». Dans cet épisode du podcast « L’Heure du Monde », elle explique comment l’art contemporain est ainsi devenu une industrie.

Un épisode produit par Esther Michon, réalisé par Florentin Baume et présenté par Morgane Tual.

« L’Heure du Monde »

« L’Heure du Monde » est le podcast quotidien d’actualité du Monde. Ecoutez chaque jour, à partir de 6 heures, un nouvel épisode, sur Lemonde.fr ou sur Spotify. Retrouvez ici tous les épisodes.

En savoir plus sur les dessous de l’art contemporain :

Écouter aussi Les fondations d’art privées : nouvel eldorado des milliardaires