La Bourse de Paris bat son record de clôture, vieux de vingt et un ans

Le palais Brongniart, ancienne localisation de la Bourse de Paris, le 18 mai 2020.

C’est un niveau record que la Bourse de Paris vient de franchir, mardi 2 novembre, en clôturant à 6 927,03 points, après une spectaculaire reprise économique post-Covid.

L’indice vedette CAC 40 a terminé en hausse de 0,49 %, soit 33,74 points de plus que la veille. Il bat ainsi son record en clôture du 4 septembre 2000 (6 922,33 points). Depuis le début de l’année, il a progressé de 24,78 %. Il reste cependant un cheveu en dessous de son record absolu en séance, 6 944 points, atteint également le 4 septembre 2000.

Le soutien massif des Banques centrales, combiné aux plans de relance des Etats, a permis de faire rebondir le CAC 40, qui était tombé à 3 632,06 points au pire de la crise du Covid-19, le 16 mars 2020. Depuis l’annonce de l’efficacité des premiers vaccins, en novembre 2020, l’indice parisien a suivi une montée quasi linéaire, terminant dix des douze derniers mois en progression.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Les sociétés du CAC 40 dépassent leurs sommets de 2019

Résultats trimestriels encourageants

Les craintes sur la santé des entreprises, ou plus récemment sur la montée de l’inflation et les problèmes d’approvisionnement, ont été balayées après la publication des résultats trimestriels des entreprises en juillet puis en octobre, qui ont dans l’ensemble dépassé les attentes.

A court terme, la réduction annoncée du soutien des banques centrales – avec une réunion importante à venir de la Réserve fédérale américaine, à l’issue de laquelle les analystes s’attendent à l’annonce d’un plan de réduction des achats d’actifs – n’a pas refroidi les investisseurs.

« La semaine dernière, la Banque centrale européenne a gardé un discours très accommodant. De plus, les tensions sur les marchés de l’énergie, comme le gaz en Europe ou le charbon en Chine, se sont un peu détendues depuis début octobre », note auprès de l’Agence France-Presse Alexandre Baradez, analyste pour IG France.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Le retour des Français en Bourse reste à confirmer

Le Monde avec AFP