« La crise sanitaire a exacerbé les tensions et les problèmes structurels du football »

La crise du Covid-19 est une crise majeure pour le football. Depuis plus d’un an, les recettes des clubs européens ont été significativement affectées par l’absence de spectateurs dans les stades et des audiences télévisuelles plus faibles. En France, le retrait du diffuseur Médiapro, qui détenait les droits de la Ligue 1 et de la Ligue 2, a privé les clubs d’une part significative de leurs recettes. Pour faire face, les équipes européennes se sont massivement endettées et leur capacité à rembourser cette dette demeure incertaine. Plus profondément, la valeur du football et son attractivité font aujourd’hui débat dans un contexte où les stades auront été désertés pendant quinze mois.

Dans la décennie qui a précédé cette crise, le football a connu une croissance très importante de ses revenus. Dans les cinq grands championnats européens, les droits audiovisuels ont augmenté au gré des appels d’offres et représentent aujourd’hui la plus grande partie des recettes. Les autres revenus, comme le sponsoring et la billetterie, se sont également accrus, mais de manière moins importante et ont surtout bénéficié aux grands clubs européens.

Coup d’arrêt

Le premier paradoxe est que cette croissance des revenus ne s’est pas traduite par un accroissement significatif des performances financières des clubs de football. La raison tient notamment à la nécessité, pour eux, de gérer en priorité le risque sportif. Bénéficier de la croissance future des revenus suppose en effet de rester compétitif pour ne pas descendre en division inférieure. Cela nécessite de recruter les meilleurs joueurs (qui sont, par définition, des actifs rares) et d’assumer des frais de transferts et des salaires plus élevés. Au moins à court terme, les recettes nouvelles ne permettent pas de compenser les charges.

Dans cette « course à l’armement » qui dure depuis deux décennies, les joueurs et les agents ont capturé l’essentiel de la rente sectorielle. Dans ce contexte, certains clubs ont su tirer leur épingle du jeu en réalisant d’importantes plus-values de cession. Mais ces plus-values dépendent des performances sportives du club et sont également liées à la capacité des équipes les plus riches à acheter des joueurs. Or, du fait de la crise du Covid-19, ces clubs risquent de ne plus être acheteurs ou de se concentrer sur les jeunes joueurs les plus talentueux.

Lire aussi Football : « Sous la crise économique, une crise de foi »

Structurellement, les clubs de football ne génèrent pas ou peu de cash-flows et leurs fonds propres sont limités. Au mieux, comme cela était le cas avant la pandémie, les équipes les mieux gérées ne font pas (ou peu) de pertes. Cela n’exclut pas la possibilité de créer de la valeur pour les investisseurs, mais cela suppose alors que les revenus du secteur soient croissants. Si les recettes des clubs progressent, un investisseur peut penser qu’à terme, une part de cette croissance lui reviendra ou qu’il sera en mesure de bénéficier d’une plus grande médiatisation du football, même si l’essentiel de la valeur est capté par les joueurs.

Il vous reste 57.77% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.