La France buissonnière : La microcommune qui aime le buzz

Jean-Christophe Rouxel, maire de La Lande-Chasles (Maine-et-Loire), devant un écureuil – l’emblême de la commune – taillé dans deux troncs de chêne.

Chronique. Commune la moins peuplée du Maine-et-Loire, La Lande-Chasles compte exactement vingt-quatre fois plus d’abonnés sur ses réseaux sociaux – 1 241 sur Facebook, 1 326 sur Twitter, 321 sur Instagram et 72 sur TikTok – qu’elle ne recense d’habitants, au nombre de 123. Le hameau n’abrite pourtant aucun site remarquable, ni grotte propice aux apparitions ni auberge où Napoléon aurait dormi, qui expliquerait pareil engouement. La Lande-Chasles a juste pour maire Jean-Christophe Rouxel, 53 ans, qui est aussi son community manager attitré.

Chauffeur de car à mi-temps, l’édile n’a qu’une obsession : faire parler de son village dans les médias – et de lui aussi, accessoirement. Fin septembre, la microcommune a reçu le prix spécial du jury des Hashtags 2021, une cérémonie organisée par l’Observatoire socialmedia des territoires, qui récompense chaque année les meilleures actions des collectivités sur le Web. Un trophée remis à la bourgade angevine pour « l’ensemble de son œuvre ».

Et quelle œuvre ! Elu maire en 2014, réélu en 2020, M. Rouxel sait y faire en matière de buzz. Tout commence vraiment en janvier 2017 quand, profitant d’une homophonie heureuse entre le nom de sa commune et la comédie musicale américaine La La Land, il parodie l’affiche du film en collant sa photo sur la tête de Ryan Gosling : premier carton sur les réseaux sociaux. Le second survient quatre mois plus tard, entre les deux tours de l’élection présidentielle : six bébés mésanges sont nés dans la boîte aux lettres accrochée à la porte de la mairie ; monsieur le maire demande alors aux électeurs de passer derrière le bâtiment pour aller voter sans déranger les oisillons. L’AFP s’empare du sujet. Bingo !

Rebelote un an plus tard à l’occasion des européennes, où 34 listes sont en lice. Ne possédant pas assez de panneaux électoraux, la municipalité va tendre une bâche agricole vouée à la culture des asperges, afin de placarder toutes les affiches des candidats. « J’avais pris la précaution de vérifier que la loi n’obligeait à rien en matière de support », précise M. Rouxel. L’année 2020 sera tout aussi prolifique en matière de battage médiatique : en mai, La Lande-Chasles gagne un concours organisé sur Twitter du plus beau blason de France, grâce à un écusson représentant un écureuil – blason dessiné sur ordinateur par le maire himself ; la commune devient aussi, cette année-là, la première des Pays de la Loire à doter son monument aux morts d’un QR code renvoyant aux biographies des soldats morts au champ d’honneur.

Il vous reste 36.21% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.