« La France goy », « Milwaukee Blues », « Mississippi Driver » : nos livres de la semaine

LA LISTE DE LA MATINALE

Cette semaine, une course impayable dans le taxi de Lee Durkee, l’écrivain idéal pour sillonner un bourg du « Deep South » américain ; l’exploration de l’histoire des idées, de l’Antiquité à la Renaissance, par le grand philosophe allemand Jürgen Habermas ; le roman du Haïtien Louis-Philippe Dalembert sur l’affaire George Floyd, cet homme tué par un policier à Minneapolis en 2020 ; la plongée de Christophe Donner dans la Belle Epoque – pas si belle que ça ; et un panorama exhaustif de l’auteur de Don Quichotte, ses vies, ses œuvres, ses postérités, à travers le Dictionnaire Cervantès, de Jean Canavaggio.

ROMAN. « Mississippi Driver », de Lee Durkee

Un Klaxon qui ne fonctionne pas, un châssis affaissé, des pneus usés, pareil pour les plaquettes de freins… Lou Bishoff, 55 ans, est à l’image du taxi qu’il conduit : en fin de course. Pour tout bien, il ne possède que 2 000 dollars et sa vieille Lincoln, qui menace ruine. Ereinté, sous pression, insomniaque, il tient que « la vie sur Terre est une sacrée saloperie de piste noire » et que, « en fait, ça va de mal en pis ». En témoignera le dénouement de Mississippi Driver, titre du roman de l’Américain Lee Durkee, au terme d’une odyssée hallucinée au ras du bitume.

Pour tenir le coup, le chauffeur avale des canettes de Red Bull et des psychostimulants. Il en a plein le dos, bien qu’il l’ait large. Sous le soleil chaud d’une fin de printemps, ses passagers sont un vieux sourd bardé de cicatrices, des retraités gobant des médicaments antidouleur, des pochards sortant de réhab’, des jumelles gothiques, un taulard fraîchement libéré que la Town Car emmène visiter ses anciennes petites copines, toutes absentes. Leur succèdent des invalides à soulever par les aisselles, le fils d’un propriétaire de prisons, des travailleurs noirs… C’est le Mississippi des logements sociaux, des caravanes et des bungalows que dépeint à petites touches Lee Durker, natif de l’Etat, à travers cette galerie de portraits.

Captivante dérive circadienne entre ville et campagne, récit d’une déroute existentielle, Mississippi Driver lâche les chevaux. Macha Séry

« Mississippi Driver » (The Last Taxi Driver), de Lee Durkee, traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Nicolas Richard, Flammarion, 302 p., 21 €, numérique 15 €.

ESSAI. « Une histoire de la philosophie », de Jürgen Habermas

En intellectuel résolument agnostique, Jürgen Habermas s’interroge sur l’attitude à observer face aux « contenus de vérité », traductibles en termes rationnels, portés par les religions. Avec les deux gros volumes d’Une histoire de la philosophie, dont le premier paraît en français, le philosophe allemand parvient à reformuler les termes d’une discussion – ou d’une absence de discussion – qui, généralement, n’aborde la question du religieux qu’à travers les prismes de la violence ou du caractère inéluctable de la sécularisation. Ainsi la confrontation entre la Révélation et cette « pensée scientifique sans être une science » que demeure à ses yeux la philosophie hante-t-elle non seulement le passé de la « métaphysique » mais détermine son actualité « postmétaphysique ».

Il vous reste 66.63% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.