La judokate française Clarisse Agbegnenou sacrée championne du monde pour la cinquième fois

Clarisse Agbegnenou lors de son combat, mercredi 9 juin.

La judokate française Clarisse Agbegnenou a remporté, mercredi 9 juin, son cinquième titre mondial en battant la Slovène Andreja Leski par ippon en finale des championnats du monde de Budapest dans la catégorie des moins de 63 kg.

Déjà sacrée lors des Mondiaux 2014, 2017, 2018 et 2019, la championne de 28 ans n’est désormais plus très loin des trois judokates les plus titrées de l’histoire des championnats du monde : la Japonaise Ryoko Tani, la Chinoise Wen Tong (sept titres chacune) et la Belge Ingrid Berghmans (six).

Avec cette victoire, Clarisse Agbegnenou offre par ailleurs à l’équipe de France sa première médaille lors de ces championnats du monde.

Lire aussi La judoka Clarisse Agbegnenou confirme son statut mondial aux Masters de Doha

« J’ai été assez sereine, calme. Je n’ai pas fait de golden score, j’ai fait pas mal de sol. Je l’avais beaucoup travaillé et je suis contente que ça fonctionne, ça me montre que je suis sur le bon chemin. Je me sens bien, je n’ai mal nulle part, aucun strap », expliquait-elle, souriante, après sa finale, comme si elle sortait d’une bonne séance d’entraînement.

Au palmarès français, elle dépasse aussi David Douillet et ses quatre titres mondiaux, mais reste derrière Teddy Riner et ses incroyables 10 médailles d’or. « Je suis fière de ce que je fais et de cette année, qui est dure pour moi », a-t-elle dit, parlant du report des Jeux olympiques de Tokyo, son obsession, comme d’un « coup de massue ».

« Il reste l’étoile manquante »

Car aux JO, l’histoire est différente, et c’est cette histoire qu’Agbegnenou veut désormais réécrire à sa façon, lors de cet été. La licenciée de Champigny-sur-Marne n’a jamais digéré sa défaite face à la Slovène Tina Trstenjak, en 2016 à Rio.

« Je me suis dit que je ne savais pas si je l’aurais, cette médaille à Tokyo. Alors je me suis dit que j’allais déjà aller chercher la cinquième », a-t-elle encore raconté. La mission est accomplie, et Agbegnenou est déjà tournée vers le Japon et son rêve olympique. « Maintenant il reste l’étoile manquante. »

Désormais quintuple championne du monde et quintuple championne d’Europe, elle sera en lice, cet été, lors des Jeux olympiques de Tokyo, où elle visera la médaille d’or qui manque à son immense palmarès.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Clarisse Agbegnenou : « Au judo, j’ai appris à accepter la défaite et même l’injustice »

Le Monde