« La ligne de démarcation, une France coupée en deux », sur France 3 : une fracture nationale

« La ligne de démarcation, une France coupée en deux », de Vincent de Cointet.

FRANCE 3 – LUNDI 7 JUIN À 21 h 05 – DOCUMENTAIRE

Entre fin juin 1940 et mars 1943, de l’Espagne à la Suisse, la ligne de démarcation fut une sinistre balafre de 1 200 kilomètres, mise en place par les Allemands pour séparer la zone occupée de la zone dite « libre ». Certaines images tournées au plus près de ladite ligne par des civils, à leurs risques et périls, permettent de mieux comprendre comment cette frontière intérieure, étroitement surveillée par endroits, plus floue à d’autres, a pu traumatiser des centaines de milliers de citoyens. Témoins, la demi-douzaine de femmes et d’hommes, âgés de 10 à 15 ans à l’époque, retrouvés pour ce documentaire de Vincent de Cointet, riche en images inédites, parfois colorisées, prises par des soldats allemands ou des civils français.

On y apprend comment l’étrange tracé de cette ligne de démarcation, défini par l’article 2 de la convention d’armistice franco-allemande du 22 juin 1940, a été décidé. Plutôt que d’occuper tout le territoire français, trop vaste, les troupes allemandes vont se concentrer sur la partie « utile » pour combattre l’Angleterre. Ce qui explique que la coupure ne suive pas un simple tracé nord-sud mais que toute la façade atlantique, jusqu’à la frontière avec l’Espagne, soit occupée.

« Cette ligne est un mors que nous avons mis dans la bouche d’un cheval. Si la France se cabre, nous serrerons la gourmette. Nous la détendrons dans la mesure où la France sera gentille », résume cyniquement un gradé allemand pour décrire cette nouvelle frontière intérieure.

Passages clandestins

Une ligne de démarcation matérialisée par des guérites, des poteaux peints en rouge, noir et blanc, sévèrement gardée par des soldats ou des gendarmes. Elle traverse treize départements, coupe parfois des villages en deux et concerne directement 5 millions de Français vivant le long de son tracé.

S’ils habitent à moins de 10 kilomètres de la ligne, ils doivent se munir d’un laissez-passer dit « de petite frontière », plus pratique pour passer d’un côté à l’autre que pour les Français qui ne sont pas du coin et qui, eux, doivent se procurer un laissez-passer « grande frontière », document qui rend les contrôles beaucoup plus stricts.

Lire aussi : « La ligne de démarcation a été un superbe instrument de chantage »

Drames familiaux, passages clandestins d’une zone à l’autre, récits tragiques d’arrestations ou d’exploits de passeurs héroïques, les histoires sont nombreuses. Sont également analysées les tentatives du régime de Vichy pour « assouplir » cette ligne qui pourrit la vie de millions de Français.

En mai 1941, l’amiral Darlan propose que les Allemands laissent passer plus facilement courrier et marchandises à travers la ligne, en échange de l’utilisation par le IIIe Reich des aéroports français en Syrie et d’une police française totalement sous la coupe de l’occupant. Cette collaboration « active » poussera de plus en plus de juifs à tenter de franchir la ligne, les précipitant vers un destin tragique, les gendarmes français faisant souvent du zèle…

La ligne de démarcation, une France coupée en deux, de Vincent de Cointet (Fr., 2021, 92 min). Disponible jusqu’au 6 août sur france.tv