La reprise du commerce mondial s’accélère

Portée par la reprise économique, la croissance du commerce mondial de marchandises s’accélère et devrait atteindre les 10,8 % en 2021, selon les prévisions de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) publiées, lundi 4 octobre, en nette amélioration par rapport à celles de mars (8 %). Une embellie qui s’explique principalement par un rattrapage de l’activité après le trou d’air observé pendant les divers confinements de l’année 2020 liés à la pandémie de coronavirus.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi L’OMC prévoit un rebond des échanges commerciaux

La fermeture des ports, l’explosion des prix du fret maritime et les ruptures d’approvisionnement dans certains secteurs comme celui des semi-conducteurs perturbent le commerce mondial sans le brider, et « ne devraient pas avoir d’incidence majeure sur les agrégats mondiaux », selon l’OMC.

Deux menaces pèsent sur la reprise : l’inflation et une reprise de la pandémie

Le volume d’échanges devrait augmenter deux fois plus vite que le PIB en 2021, alors que les deux progressaient au même rythme ces dernières années. L’OMC table sur une hausse de la croissance mondiale de 5,3 % en 2021 après une contraction de 3,8 % en 2020. L’activité économique pendant la pandémie a été marquée par une hausse de la consommation de biens durables, laquelle a bénéficié aux pays d’Asie, au détriment des services comme le tourisme ou la restauration. Entre 2019 et le dernier trimestre 2022, les exportations devraient augmenter de 18,8 % en Asie, à un rythme bien plus élevé que dans les autres régions, que ce soit en Amérique du Nord (8 %), en Europe (7,8 %), en Amérique du Sud (4,8 %), au Moyen-Orient (2,9 %) et en Afrique (1,9 %).

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Commerce mondial : la Chine tire le mieux son épingle du jeu

D’après l’OMC, deux menaces pèsent sur la reprise et pourraient alimenter des « périodes d’instabilité ». La première, une rapide hausse des prix pourrait conduire à un resserrement des politiques monétaires qui ralentirait les échanges. La seconde, un éventuel retour de la pandémie, « fait peut-être peser un risque encore plus grand sur le commerce mondial et la production mondiale, si des variants encore plus mortels devaient apparaître. » D’où l’importance d’accélérer la production et la diffusion de vaccins.

La levée de la protection des brevets pour augmenter la production de doses, tout comme la libre circulation des ingrédients qui les composent, ont un rôle à jouer dans la lutte contre la pandémie et la reprise mondiale. Alors que plus de 6 milliards de doses ont été produites dans le monde, seuls 2,2 % de la population des pays à faible revenu en ont reçu au moins une. « Cette divergence favorise l’apparition et la propagation de nouvelles formes du virus qui pourraient échapper aux vaccins, ce qui risque d’avoir pour effet l’imposition de nouvelles restrictions d’ordre sanitaire qui réduiront l’activité économique », met en garde l’OMC.