La SNCF inaugure sa « nouvelle » gare Montparnasse, rénovée par le privé sans surcoûts

La gare Montparnasse, à Paris, le 8 décembre 2019.

La SNCF a inauguré, vendredi 24 septembre, la « nouvelle » gare Montparnasse. La gare parisienne a été rénovée après plus de quatre ans de travaux dans le cadre d’un partenariat avec le promoteur Altarea, sans surcoûts, contrairement au projet de modernisation de la gare du Nord, annulé mardi.

« Nous avons investi les deux tiers des 150 millions de travaux qui ont été nécessaires, et sur le long terme nous verserons à Gares & Connexions a minima 340 millions d’euros de redevances sur la durée de la concession [trente ans] », a fait savoir Ludovic Castillo, président d’Altarea Commerce. La rénovation de la quatrième gare de France s’est accompagnée d’un doublement de la surface consacrée aux boutiques, restaurants et services, grâce à une réorganisation de l’espace. Les flux de voyageurs ont parallèlement été améliorés.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Une forêt urbaine, une rue piétonne et des immeubles en bois au cœur du futur quartier Montparnasse

Une idée forte était aussi d’ouvrir sur la ville le sombre bâtiment ouvert en 1969 et d’y faire entrer plus de lumière. Deux fresques de Victor Vasarely ont été rafraîchies et mises en valeur. « Notre seule volonté, c’est de donner envie de prendre le train. Finalement, pour donner envie de prendre le train, la première étape c’est la gare. Et c’est quand même mieux si la première étape est agréable », a expliqué la directrice générale de SNCF Gares & Connexions, Marlène Dolveck. Les gares parisiennes de Saint-Lazare et de l’Est, récemment rénovées avec des boutiques, sont plébiscitées par les voyageurs, a-t-elle noté.

« Catastrophe industrielle » à la gare du Nord

Mme Dolveck a cependant refusé d’évoquer le cas de la gare du Nord, autre gare parisienne dont SNCF Gares & Connexions voulait confier la rénovation à un promoteur privé – en l’occurrence Ceetrus, la foncière d’Auchan – et dont elle a résilié le contrat de concession mardi, évoquant une escalade des coûts, des retards et des difficultés d’exploitation. « Il faudra faire un retour d’expérience. Ce que je peux dire, c’est qu’à Montparnasse c’est un succès », a-t-elle dit.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Arrêter le mégaprojet de rénovation de la gare du Nord est sage, mais aussi incroyablement coûteux »

« La SNCF a évoqué le terme de “catastrophe industrielle” pour qualifier ce qui s’était passé gare du Nord, c’est évidemment malheureux parce que nous avons besoin de [la] réaménager », a observé le ministre délégué aux transports, Jean-Baptiste Djebbari, pour qui il faudra « de toute façon relancer un projet » d’ampleur dans les prochaines années.

Le discours de M. Djebbari pendant l’inauguration a été perturbé par des sirènes et sifflets de syndicalistes de la CGT Cheminots, à qui le PDG de la SNCF, Jean-Pierre Farandou, est immédiatement allé parler, manquant une bonne partie de la cérémonie.

Le Monde avec AFP