« La solution au problème du financement des retraites passe par une augmentation du taux d’emploi des seniors »

Tribune. La France est l’un des derniers pays à maintenir le niveau de vie des retraités par rapport à leur situation en vie active, objectif fixé aux régimes de retraites dans les années 1970 et réalisé depuis la fin des années 1990.

Faut-il renoncer à cet objectif ? C’est ce qu’ont fait la plupart des autres pays européens avec les réformes qu’ils ont introduites, dans les années 1980 en Grande-Bretagne, en 1998 en Suède ou en 2001 en Allemagne. Ces réformes ont renforcé le lien entre durée et montant des cotisations et montant des pensions (contributivité accrue) et retardé l’âge légal de départ à la retraite (fixé à 67 ans ou plus). Elles ont eu pour conséquences une baisse rapide des taux de remplacement (niveau de la pension par rapport au dernier salaire) des retraites publiques obligatoires et un retour de la pauvreté chez les personnes âgées.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Retraites : la piste du recul de l’âge légal étudiée par le gouvernement

En réaction, ces pays ne sont pas revenus sur leur réforme, mais ont, d’une part, amélioré ou mis en place des minimums vieillesse, d’autre part proposé à ceux qui souhaitaient maintenir leur niveau de vie à la retraite d’épargner dans des fonds de pension largement subventionnés par des exemptions fiscales. Mais ce sont surtout les plus aisés qui épargnent pour leur retraite ou ceux qui travaillent dans les grandes entreprises où ont été mis en place des fonds de pension collectifs de groupes ou de branches.

Lire l’entretien : Raymond Soubie : « Reculer l’âge de départ à la retraite est plus une réforme de début de quinquennat que de fin »

Ainsi, partout en Europe, les réformes des retraites ont fait baisser le niveau de vie général des retraités, tout en permettant aux plus riches de tirer leur épingle du jeu, sans pour autant améliorer le sort des femmes, aux carrières plus souvent incomplètes.

Effets délétères

Les nombreuses réformes lancées dans notre pays depuis 1993 ont, elles aussi, accru progressivement la contributivité de notre système de retraites. A partir de 2018, les taux de remplacement ont commencé à baisser (de 3 %). Les projections du Conseil d’orientation des retraites montrent qu’ils vont continuer à baisser. Comme ailleurs, les gouvernements français annoncent une garantie de minimum de pension pour les revenus les plus bas et incitent les plus hauts revenus à épargner (avec des exemptions fiscales plus généreuses qu’ailleurs, sans quasiment de plafonds, ce qui bénéficie surtout aux plus aisés).

Article réservé à nos abonnés Lire aussi La réforme des retraites, une équation insoluble pour le gouvernement

La baisse de revenus des retraités et l’accroissement des inégalités entre eux et entre hommes et femmes auraient été accélérés par la mise en place d’un système à point généralisé sans compensations pour les plus précaires, aux carrières incomplètes. Le gouvernement semble avoir abandonné ce projet, n’envisageant plus que de retarder l’âge de départ à la retraite. Mais cette seule mesure aura, elle aussi, des effets délétères sur les retraites et les inégalités !

Il vous reste 50.05% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.