La toile de Banksy qui s’était autodétruite sera mise aux enchères en octobre

Rebaptisé « L’Amour est dans la poubelle », « La Petite Fille au ballon » s’était partiellement autodétruite lors d’une vente aux enchères, le 11 octobre 2018.

Banksy va-t-il finir le travail ? Une toile du street-artiste britannique, dont l’autodestruction partielle lors de sa vente, en 2018, avait provoqué la stupéfaction dans le monde entier, va être de nouveau proposée aux enchères, le 14 octobre, à Londres, a annoncé vendredi Sotheby’s.

« La Fille au ballon », rebaptisée « L’amour est dans la poubelle » (« Love is in the Bin »), est estimée entre 4 et 6 millions de livres sterling (entre 4,6 et 7 millions d’euros), a indiqué la maison d’enchères dans un communiqué.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi La première fois que « Le Monde » a écrit… « Banksy »

Le prix attendu, susceptible d’être dépassé, est quatre à six fois plus élevé que la vente originale à une collectionneuse anonyme, qui se prépare à réaliser une très bonne opération.

A l’époque, juste après son acquisition, un broyeur dissimulé dans le cadre avait réduit en lambeaux la moitié inférieure de la toile, qui montre une petite fille lâchant un ballon rouge en forme de cœur, ne laissant voir que le ballon sur fond blanc.

Dénoncer la marchandisation de l’art

Avec cette action retentissante, qui avait provoqué un séisme dans le milieu de l’art, le mystérieux artiste de rue avait pour ambition de dénoncer la « marchandisation » du marché de l’art.

Sotheby’s a qualifié la destruction de « happening artistique le plus spectaculaire du XXIsiècle », la plaçant dans l’« héritage d’art anti-establishment qui a commencé avec (le mouvement) Dada et Marcel Duchamp ».

« Lors de cette soirée surréaliste il y a trois ans, je suis devenue par accident la privilégiée propriétaire de “L’amour est dans la poubelle” , a rappelé l’acheteuse, citée dans le communiqué de Sotheby’s. Mais il est maintenant temps de s’en séparer. »

Avant même la vente, le graphe, réalisé au pochoir sur un mur de la rive sud de Londres en 2002, avait été désigné comme l’œuvre d’art préférée des Britanniques.

Depuis l’événement, Banksy affole les ventes aux enchères où ses œuvres atteignent des records. En mars dernier, « Game Changer », une toile mettant à l’honneur les soignants en période de pandémie de coronavirus, s’était vendue chez Christies à 16,75 millions de livres (19,5 millions d’euros).

Banksy s’est fait connaître par une série de graffitis apparaissant sur des bâtiments. L’artiste, qui maintient l’anonymat, aime provoquer et éveiller les consciences. En 2005, il avait réalisé le graffiti « Le lanceur de fleurs » sur un mur de Jérusalem, représentant un manifestant masqué sur le point de lancer un bouquet de fleurs. Banksy utilise également sa bombe pour manifester son opposition au Brexit et son soutien aux migrants.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi A la poursuite de Banksy, le fantôme du street art

Le Monde