La vitesse à Paris limitée à 30 km/h dès fin août, dans la quasi-totalité des rues

Le 13 septembre 2019, un cycliste passe à côté d’un embouteillage sur les berges de la Seine, à Paris.

La maire de Paris, Anne Hidalgo, poursuit ses mesures pour désengorger la capitale de ses voitures. Dès la fin d’août, la circulation des véhicules sera limitée à 30 km/h dans la quasi-totalité des rues de Paris, a annoncé, jeudi 8 juillet, David Belliard (Europe Ecologie-Les Verts), l’adjoint aux transports et à la voirie de la maire socialiste. Cette mesure ne concernera pas le périphérique, les boulevards des maréchaux et quelques axes.

Cette limitation, prise en concertation avec la préfecture de police, vise d’abord à améliorer la sécurité routière, à faire « baisser les nuisances sonores » et à « adapter » la ville au changement climatique, a fait valoir l’élu écologiste. Aujourd’hui, 60 % des rues la capitale sont déjà soumis à cette limitation.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Réduire la vitesse à 30 km/h dans les zones peuplées est l’une des mesures les plus efficaces pour surmonter la mortalité routière »

Diminuer la place de la voiture

Le boulevard périphérique, que la Ville voudrait faire passer à 50 km/h, reste limité à 70 km/h. Les boulevards des maréchaux, deux portions des quais de Seine, certaines voies des bois de Boulogne et de Vincennes, quelques grands axes de l’Ouest parisien (les avenues des Champs-Elysées, Foch, de la Grande-Armée, la rue Royale), des 12e (Est) et 14e (Sud) arrondissements restent limités à 50 km/h.

« L’enjeu, c’est de diminuer la place de la voiture, ce qui passe par la baisse de la vitesse », a assumé l’adjoint chargé de la transformation de l’espace public, qui veut ainsi « sécuriser » les rues de la capitale « pour les plus vulnérables : les piétons, les cyclistes, les enfants et les seniors ».

Cette mesure vise aussi à aller vers une « ville moins bruyante », souligne M. Belliard. « On baisse les nuisances sonores, on fluidifie le trafic en diminuant les effets d’accélération et de décélération », a encore dit l’adjoint, rappelant qu’il s’agissait d’un engagement de campagne des écologistes repris par Anne Hidalgo lors de sa réélection en 2020.

Le Monde avec AFP