Lampe Toucan, fauteuil Oti, jardinière Diabolo… Les pièces montantes du vintage

Par et

Publié aujourd’hui à 02h07

Le tire-bouchon d’Anna G.

Le tire-bouchon d’Anna G., créé par Alessandro Mendini pour Alessi en 1994.

L’une des plus proches collaboratrices du designer italien Alessandro Mendini s’appelait Anna Gili. Pour lui rendre hommage, le créateur invente ce tire-bouchon, devenu un best-seller. Au fil des années, il dessine des variations où Anna porte des robes colorées et lui inventera même un compagnon, Alessandro M.

L’original : 130 € environ sur les sites de seconde main. La réédition : 79 € en version chromée sur le site 100Alessi.

La jardinière Diabolo

La jardinière Diabolo, créée par Willy Guhl dans les années 1950–1960.

Cette jardinière emprunte son nom à l’objet de jonglerie dont elle évoque la forme. Pour étoffer sa ligne de bacs à plantes, le Suisse Willy Guhl a imaginé des diabolos de différentes tailles, droits ou inclinés, en fibrociment Eternit – matériau utilisé pour fabriquer des toitures et des tuyauteries, ultrarésistant et parfaitement étanche. Les collectionneurs s’arrachent ces éléments qui décorent terrasses et jardins, ou s’invitent dans les intérieurs modernistes.

A partir de 200 € sur le site Galerie 44.

Le miroir en corde Audoux-Minet

Le miroir en corde, créé par Adrien Audoux et Frida Minet dans les années 1950–1960.

Installés à Golfe-Juan, près de Cannes, Adrien Audoux et Frida Minet ont signé une multitude de pièces (du mobilier et surtout des luminaires) qui incarnent le style Riviera vintage. Parmi les matériaux qu’ils aimaient travailler figurent le bambou, le raphia tressé et, surtout, la corde, utilisée pour l’encadrement de leurs miroirs ovales ou ronds. Les versions agrémentées de la plaque-signature (avec le fameux petit chat noir) sont les plus recherchées.

Autour de 200 € sur le site Marché Biron.

L’étagère Maison Regain

L’étagère Maison Regain, créée par Roland Haeusler en 1981.

Les créations en orme massif de Maison Regain, fabricant des Hautes-Alpes dans les années 1960 à 1980, connaissent un retour en grâce, portées par le succès du design de Charlotte Perriand pour la station de ski Arc 1600 et de la patte brutaliste de Pierre Chapo. Enfilades, chaises en bois et cuir, bibliothèques… Roland Haeusler a signé plus d’une référence pour la marque, dont cette étagère avec tablette amovible, typique du style « chalet contemporain ».

A partir de 280 € sur le site Design Market.

Le lampadaire Parentesi

Le lampadaire Parentesi, créé par Achille Castiglioni et Pio Manzù pour Flos en 1971.

Récompensée par le prix milanais Compasso d’Oro, le plus prestigieux trophée du monde du design italien, cette lampe a nécessité une longue réflexion de ses créateurs Achille Castiglioni et Pio Manzù afin d’être la plus fine et la plus modulable possible, l’ampoule se déplaçant sur toute la tige.

L’original : 500 € environ sur le site Selency. La réédition : 320 € sur le site Flos.

La lampe Toucan

La lampe Toucan, créée par Huang Huo-Tu dans les années 1980-1990.

C’est à la fois une lampe de bureau et une veilleuse. Si le toucan a le bec dressé, il éclaire ce qu’il y a en dessous. En position de sommeil, il diffuse une douce lumière. Le Taïwanais Huang Huo-Tu s’est inspiré du volatile pour ce luminaire qui rejoint les pièces de design reprenant une forme animale, avec en tête la lampe Pipistrello, de Gae Aulenti, inspirée d’une chauve-souris.

Il vous reste 28.56% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.