L’Assurance-maladie vise 1 milliard d’euros d’économies en 2022

La CNAM dresse une liste de 36 propositions pour économiser 1,02 milliard d’euros en 2022.

Pour l’instant, le robinet reste ouvert. Alors que l’Assurance-maladie prévoit d’afficher un déficit de plus de 31 milliards d’euros en 2021, elle ne prévoit qu’un plan d’économies modeste de 1 milliard d’euros en 2022, soit autant que l’objectif affiché en 2021. La crise due au Covid-19 bouleverse durablement les perspectives de la Caisse nationale d’assurance-maladie (CNAM), qui renonce à serrer la vis, alors que ses dépenses ont explosé et ses recettes ont diminué.

Dans son rapport annuel « Charges et produits » remis au gouvernement et au Parlement en amont du projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS), dévoilé vendredi 25 juin, l’institution présente ainsi sa feuille de route pour « rénover sa stratégie de gestion du risque » et améliorer « l’efficience du système de soins ». La CNAM dresse une liste de 36 propositions pour économiser ce milliard d’euros, contre 2,07 milliards visés en 2020, avant la crise du Covid.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi L’Etat-providence percuté de plein fouet par la crise du Covid-19
  • Prescription de médicaments

Premier objectif : « favoriser un meilleur usage » de certains types de médicaments (antidiabétiques, antalgiques, antidépresseurs…), pour une économie espérée de 490 millions d’euros. L’Assurance-maladie compte notamment sur la prescription de biosimilaires, environ 30 % moins chers que leur médicament référent, pour limiter les coûts. Des incitations financières à leur utilisation seront proposées aux médecins, et les pharmaciens se verront autorisés à les substituer dans certains cas.

  • Transports sanitaires

Pour renforcer l’efficience des dépenses dans les transports de patients (d’un montant de 4,3 milliards d’euros en 2020), et augmenter le taux d’occupation des véhicules sanitaires afin de réduire leur empreinte écologique, l’Assurance-maladie entend « développer le transport partagé » et mettre en place des « plates-formes de centralisation des commandes ». Environ 90 millions d’économies sont espérées sur ce poste en 2022.

  • Agir contre les facturations inadaptées

La CNAM préconise aussi d’accompagner tous les infirmiers libéraux nouvellement installés pour s’assurer qu’ils acquièrent de « bonnes pratiques en matière de facturation ». En prévenant les risques d’erreurs de facturation, voire de fraude, grâce à la mise en place d’un suivi pédagogique en début d’activité, l’Assurance-maladie espère réaliser une économie de 80 millions d’euros.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Dans les vaccinodromes, l’Assurance-maladie verrouille la rémunération des médecins
  • Lutte contre la fraude

Il vous reste 42.96% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.