Le constructeur automobile Tesla rejoint le club des entreprises valant plus de 1 000 milliards de dollars

L’entreprise de location de voitures Hertz a annoncé qu’elle allait acheter 100 000 véhicules électriques à Tesla pour moderniser sa flotte.

Tesla, leader mondial de la voiture électrique, a cassé la barre des 1 000 milliards de dollars (861 milliards d’euros) de capitalisation boursière, lundi 25 octobre. La firme développée par Elon Musk rejoint le club des géants américains ayant franchi ce seuil : Apple, Amazon, Microsoft, Alphabet (la maison mère de Google) et Facebook, qui est retombée depuis. Toutes sont des entreprises du numérique, Tesla se développant de plus en plus dans la conduite automatique – le logiciel à cet effet est vendu en option au prix de 10 000 dollars. Ses véhicules électriques ont parfois été qualifiés d’« iPhone sur roues ».

« Wild $T1mes ! », a twitté Elon Musk, jeu de mot entre le « trillion de dollars » atteint et « les temps agités ». Sa fortune a progressé de 25 milliards de dollars dans la journée pour atteindre 255 milliards de dollars, selon le calculateur en temps réel de Forbes. Il est devenu l’homme le plus riche du monde devant Jeff Bezos, fondateur d’Amazon, dont la fortune est estimée à 194 milliards.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Elon Musk, portrait d’un électron libre

Le cap des 1 000 milliards a été franchi après que l’entreprise de location de voitures Hertz, tombée en faillite au début de la pandémie de Covid-19, a annoncé qu’elle allait acheter 100 000 véhicules électriques au constructeur. L’action Tesla a progressé de 12,6 % dans la journée. Les esprits facétieux notent qu’un contrat d’une valeur d’environ 4 milliards de dollars pour Tesla a fait s’envoler la valeur de l’entreprise de plus de 100 milliards de dollars.

100 fois Renault

La firme d’Elon Musk vaut plus que toutes les entreprises du secteur. Elle avait dépassé en juillet 2020 le japonais Toyota, qui vaut aujourd’hui 280 milliards de dollars, soit près de quatre fois moins, tandis que Volkswagen, numéro un européen, ne pèse que 150 milliards de dollars. Tesla vaut 100 fois Renault, dont la capitalisation boursière est inférieure à 10 milliards d’euros.

« Tesla vaut désormais la capitalisation boursière combinée des dix constructeurs automobiles suivants. Qui peut encore douter que le capitalisme devient vert (avec les excès habituels) ? » s’interroge sur Twitter l’économiste français Jean Pisani-Ferry. « Nous serons parmi les premiers voyagistes à proposer des Tesla en location #transition écologique », renchérit Jean-François Rial, PDG du groupe de tourisme Voyageurs du monde.

Tesla, qui a vendu plus de 500 000 véhicules en 2020, pourrait atteindre les 900 000 cette année et vise les 1,4 million en 2022, grâce à ses nouvelles usines à Shanghaï, au Texas et à Berlin. Elle a jusqu’à présent réussi à résister à la pénurie de microprocesseurs.

Il vous reste 27.31% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.