Le distributeur Costco développe son modèle atypique en France

Dans le chantier encore en cours de son nouveau magasin-entrepôt, le président de Costco en France, Gary Swindells, savoure sa victoire. Une inondation a certes retardé l’ouverture de son deuxième magasin français, mais l’enseigne américaine s’implantera mi-novembre à Pontault-Combault, en Seine-et-Marne, à 16 kilomètres de Bussy-Saint-Georges, où elle avait prévu de démarrer son aventure française en 2015.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Costco, le géant américain de la distribution, débarque en France

Le distributeur de Seattle avait fini par renoncer face aux complexités administratives et aux nombreux recours de la concurrence : « La boucle est bouclée, lance le dirigeant. Nos études démographiques montraient que la zone offrait des opportunités. » Le modèle Costco fait figure d’ovni dans le secteur de la distribution tant il semble à contre-courant de l’évolution des modes de consommation.

Aucun site de vente en ligne en France. Encore moins de livraisons en dix minutes à vélo électrique. On s’y rend en voiture, souvent en parcourant une trentaine de kilomètres. Une taille de magasins à l’opposé des évolutions du secteur : 10 500 mètres carrés pour celui de Pontault-Combault. Des clients obligés de payer un abonnement annuel pour pouvoir y faire leurs achats.

Du pack d’eau au collier de diamant

Enfin, une offre mêlant alimentaire et non-alimentaire complètement atypique, allant du pack de 40 petites bouteilles d’eau à 3,99 euros… au collier de diamant à 299 000 euros, en passant par le canapé deux places, la chaise de bureau ou encore des grands crus de bouteilles de vin. « La chasse au trésor », comme aime à le rappeler M. Swindells.

Singulier, le géant américain l’est tout autant dans son développement sur le territoire. Là où le discounteur néerlandais Action a ouvert 600 magasins en moins de dix ans de présence en France, lui n’en est qu’à sa deuxième implantation en quatre ans. « Nous avons toujours pour ambition d’avoir quatre à six magasins en Ile-de-France et un à deux autour des grandes villes comme Lille, Bordeaux, Marseille, Lyon ou Toulouse », rappelle-t-il.

« On prend une petite part de marché à tout le monde dans chaque catégorie de produits », souligne le président de Costco en France

Installé à Villebon-sur-Yvette (Essonne) en 2017, le premier magasin Costco, dont 165 000 clients détiennent une carte d’accès, a permis au groupe de mieux appréhender le consommateur hexagonal. « On avait commencé avec beaucoup trop de produits de notre marque Kirkland, mais on s’est rendu compte que ça ne parlait à personne », se souvient par exemple le patron. Il a donc fallu très vite réajuster les assortiments, car les magasins de la société n’ont en rayon que 3 500 références, là où un hypermarché en possède plus de 60 000. Les ventes se font donc sur les volumes.

Il vous reste 42.11% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.