Le motoriste Safran accélère son déploiement dans le spatial

La première pierre avait été posée en février 2020. Désormais sortie de terre, l’extension du centre d’ingénierie et de production d’antennes pour satellites et essais en vol de Safran Data Systems, à la Teste-de-Buch (Gironde), a été inaugurée, mardi 12 octobre.

Créé en 1981, ce pôle – qui comptait au départ dix salariés, puis le double en 2001 – emploie aujourd’hui près de 160 personnes. La surface des installations a plus que doublé, pour atteindre les 6 850 m2. Elles lui permettront de produire une centaine d’antennes paraboliques d’ici dix-huit mois afin de répondre à la demande croissante du domaine spatial en raison de la multiplication des programmes de nombreuses start-up aux Etats-Unis et en Europe.

Les faits : Safran et General Electric vont développer le moteur de l’avion du futur

Avec la révolution du « New Space », ce mouvement lié à l’apparition d’une ­industrie spatiale d’initiative privée, son carnet de commandes a progressé de 20 % en cinq ans, ses clients se trouvant en Europe, aux Etats-Unis et en Asie. « Ce “New Space”, plus personne ne sait exactement ce que c’est », observe Jean-Marie Bétermier, président de Safran Data Systems.

« Formidables opportunités »

« Aujourd’hui, sur plusieurs de nos entités spatiales, on se retrouve avec de nouveaux noms de clients qu’on ne connaissait pas il y a quatre ans. Si la technologie est prête, ils vont vouloir aller vite. A une époque, il y avait les grands opérateurs comme Airbus, Thales ou Boeing. Maintenant, il y a une vingtaine de personnes qui sont crédibles », poursuit-il.

La branche girondine de l’entreprise française a recensé plus de cent projets avec des investisseurs qui souhaitent s’impliquer dans le spatial. D’après M. Bétermier, il est évident que « tout le monde ne va pas y aller, mais ça donne de formidables opportunités pour un équipementier d’organiser son offre ». « Ces nouveaux projets vont nous aider à tenir des objectifs de croissance et, bien entendu, on a envie d’être dans ces marchés de constellation. »

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Pour l’aéronautique, le patron de Safran « espère un retour au niveau d’avant-crise début 2024 »

Pour faire face à la croissance de Safran Data Systems, qui affiche une progression annuelle de 6 % depuis plus de huit ans, une nouvelle organisation a vu le jour, celle de la « direction espace », confiée à Jean-Marie Bétermier. Preuve du développement continu du groupe, à l’entrée du centre d’ingénierie, un satellite de 9,30 mètres de haut a été installé. D’ici deux mois, il quittera le site pour celui de la NASA, l’un des nombreux clients du groupe.