Le peintre et photographe Chuck Close est mort

Le peintre et photographe Chuck Close, au Whitney Museum de New York, en 2014.

Le peintre et photographe américain Charles Thomas Close, dit Chuck Close, est mort le 19 août 2021 à Oceanside (Californie) à l’âge de 81 ans. Ses nus et ses portraits ont fait de lui un des peintres les plus populaires des Etats-Unis. Né le 5 juillet 1940 à Monroe (Etat de Washington), sa jeunesse est marquée par des difficultés d’apprentissage scolaire et, simultanément, par des prédispositions artistiques. Il bénéficie de leçons particulières de dessin et de peinture et de séances d’après modèle, avant de suivre les enseignements de l’université de Washington, à Seattle, puis de l’université de Yale, dont il sort diplômé en 1964.

Comme beaucoup de jeunes artistes américains de son époque, il subit alors l’influence de l’expressionnisme abstrait, avec une prédilection particulière pour Arshile Gorky et Willem de Kooning. Après une année à l’Académie des beaux-arts de Vienne, il revient aux Etats-Unis en 1965 et entreprend de se détacher du geste expressionniste, comme l’ont fait avant lui ceux qui sont en train de devenir les héros du pop new-yorkais, Andy Warhol, Roy Lichtenstein ou James Rosenquist.

Lire aussi Arshile Gorky, une vie de roman, cinq années de peinture

Comme ce dernier et d’autres en Europe et aux Etats-Unis, Close prend appui sur les photographies des magazines et de la publicité pour en déduire des toiles en noir et blanc à l’exécution impeccable et aux dimensions démesurées. Son œuvre manifeste, Big Nude (1967), représente une jeune femme nue à demi allongée, le corps marqué par les différences de bronzage sur une toile de 279,2 cm de haut et 643,9 cm de long. Ainsi commence une longue série de nus, féminins et masculins. Ces derniers font scandale lors de leur exposition à la University of Massachusetts Art Gallery dès 1967, jusqu’à un procès au terme duquel la justice donne raison à l’artiste au nom de la liberté d’expression.

Technique lente et virtuose

Dans son atelier new-yorkais, ces nus vont de pair avec des portraits précis et de dimensions à peine moins considérables. Ils sont aussi immédiatement remarqués. Son Big Self Portrait de 1967-1968 est acquis rapidement par le Walker Art Center de Minneapolis. Phil (1969), le portrait du compositeur Philip Glass, rejoint aussitôt le Whitney Museum of Art et une première exposition personnelle en 1970 à la Bykert Gallery, à New York, confirme la notoriété de Close. Il est considéré comme l’une des figures du mouvement hyperréaliste alors en vogue. L’œuvre picturale se double de travaux photographiques, sérigraphiques et lithographiques réalisés selon les mêmes règles qui contribuent à la diffusion de son style.

Il vous reste 52.47% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.