« Le Peuple loup », fable écologique et libératrice

Mebh, petite fille le jour, louve la nuit, et Robyn dans « Le Peuple loup ».

L’AVIS DU « MONDE » – À NE PAS MANQUER

Dans l’Irlande du XVIIe siècle sous la férule des Anglais, Robyn, petite fille solitaire, car assignée à domicile, s’évade du foyer pour suivre, malgré lui, son père, chasseur de loup au service du seigneur, dans ses expéditions en forêt. S’y perdant, elle fait la rencontre de Mebh, une enfant à la formidable crinière rousse qui vit parmi les loups et, la nuit venue, prend leur forme. Mordue par erreur, Robyn se retrouve dotée d’une même propriété et, sillonnant la ville sous la peau d’une louve, découvre à quel point l’animal est instrumentalisé par le pouvoir afin de régner par la peur et de justifier la déforestation.

Mythologie celtique

Après Brendan et le secret de Kells (2009) et Le Chant de la mer (2014), le réalisateur irlandais Tomm Moore, en collaboration avec l’animateur Ross Stewart, puise de nouveau dans la mythologie celtique pour placer la figure de la femme louve, incarnation totémique d’un ordre naturel matrilinéaire, au centre d’une fable écologique et libératrice. A l’efficacité narrative typiquement anglo-saxonne, sachant donner une pente épique et rebondissante au récit d’initiation, s’ajoute une animation en 2D numérique d’une inventivité et d’une richesse ornementale inouïes, synthèse du savoir-faire européen dans le domaine.

Jouant habilement de motifs géométriques – lignes droites et à-plats anguleux pour la ville sans horizon, rondeur et profondeur pour la forêt maternelle –, le film met en scène l’affrontement entre pouvoir et nature en restaurant un art décoratif et une ciselure d’enlumineur que n’auraient renié ni un Gustav Klimt ni un Alfons Mucha. La ligne dans tous ses états n’a rien à envier aux couleurs qui s’accentuent jusqu’au finale flamboyant, qui achève de faire du Peuple loup une réussite exemplaire et bien de son temps à destination du jeune public.

Film d’animation irlandais de Tomm Moore et Ross Stewart (1 h 43).