Le pianiste Jonathan Fournel reçoit le premier prix du concours Reine Elisabeth de Belgique

Le pianisteJonathan Fournel, le 29 mai à Bruxelles.

Les pianistes français ont le vent en poupe. Après Alexandre Kantorow, premier Français à remporter le prestigieux concours Tchaïkovski de Moscou en 2019, à l’âge de 24 ans, c’est au tour de Jonathan Fournel, 27 ans, de rafler haut la main le non moins prestigieux concours Reine Elisabeth de Belgique (doté de 25 000 euros), qui fait partie du Top 5 des grandes compétitions internationales (avec Leeds, Van Cliburn, Chopin et Tchaïkovski). Les résultats sont tombés en soirée le 29 mai à Bruxelles après des épreuves qui ont duré un mois, à huis clos, dans des conditions particulières liées à la pandémie de Covid-19 : soumission à l’isolement et obligation de passer un test hebdomadaire, à l’instar des membres du jury – dont Nelson Goerner, Elisso Virsaladze, Ralph Gothoni, Jean-Philippe Collard, François-Frédéric Guy, Momo Kodama, Alexei Volodin, Paul Lewis.

Lire le récit (en 2019) : Le pianiste Alexandre Kantorow, tsar du concours Tchaïkovski

Naturel, musicalité et poésie caractérisent le jeu de Jonathan Fournel, que ce soit dans le Concerto n18 KV 456 de Mozart d’une limpidité et d’un lyrisme souverains (demi-finale concerto) sous la direction de Frank Braley à la tête de l’Orchestre royal de Chambre de Wallonie, ou les Variations et fugue sur un thème de Haendel de Brahms, conduites avec ferveur et un sens dramaturgique indéniable (demi-finale récital). Comme son compatriote Kantorow il y a deux ans, le jeune homme se sera imposé face aux cinq autres finalistes – deux Japonais et trois Russes – avec un Deuxième concerto pour piano de Brahms sans esbroufe, virtuose et magnifiquement charpenté. Non content de terminer au sommet de la pyramide, le jeune homme a également conquis le cœur des auditeurs qui l’ont suivi sur la chaîne radiophonique Musiq3, en obtenant plus de la moitié des votes pour le Prix du public.

Jonathan Fournel joue en public depuis l’âge de 10 ans, participe à des compétitions internationales depuis ses 12 ans

Initialement prévue en mai 2020, annulée et repoussée d’une année, cette édition dévolue au piano (le concours alterne avec le violon, le violoncelle et le chant) aurait dû accueillir 74 candidats. Ce sont finalement 58 pianistes, de 16 nationalités, qui se seront affrontés depuis le 3 mai. Un concert des lauréats clôturera le concours, mercredi 9 juin, au Palais des beaux-arts à Bruxelles, auquel participeront également le Russe Sergei Redkin (né en 1991), deuxième lauréat, ainsi que le Japonais Keigo Mukawa (né en 1993), troisième prix, déjà distingué au concours Long-Thibaud-Crespin de 2019 à Paris. Le nom de Jonathan Fournel – aucun Français n’avait été distingué en haut du palmarès depuis la victoire de Frank Braley il y a vingt ans – prolonge une lignée de pianistes illustres tels Emil Gilels (1938), Leon Fleisher (1952), Vladimir Ashkenazy (1956), Abdel Rahman El Bacha (1978) ou, plus près de nous, les Russes Anna Vinnitskaya (2007) et Denis Kozhukhin (2010) ou l’Israélien Boris Giltburg (2013).

Il vous reste 46.76% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.