Le prénom des gens × Le mot du sexe : Popaul et Zézette, une histoire de flou

EPSON MFP image

Entre « Mots du sexe » et « Le prénom des gens » se trouvent Popaul et Zézette. Mais qui sont Popaul et Zézette ? Les noms ont deux fonctions. Il s’agit d’abord de « dénoter », ou d’identifier un individu particulier parmi une population. Ainsi « Fanny », c’est cette Fanny-là, pas Juliette, ni Dick. Mais il s’agit aussi de « connoter », c’est-à-dire d’associer un individu à une population précise, et pas à une autre. C’est ainsi qu’il y a des prénoms « catholiques » et des prénoms « français ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Le prénom des gens : Yasmine et Yasmina, une lettre de différences

Le problème avec Popaul et Zézette ne provient pas de la connotation. Tout l’argot, d’ailleurs, vise à surexploiter la connotation. Fanny, Kojak, Minette ou Minouche servent aussi bien que Popaul et Zézette, sauf que, dans ces deux derniers cas, le dédoublement des syllabes marque clairement le monde de l’enfance.

L’ennui vient de la faiblesse dénotative : si Popaul est relativement clair (on parle du pénis, mais pas des testicules), Zézette identifie mal. Les travaux sur les mots donnés aux organes génitaux (voir par exemple Braun et Kitzinger, dans le Journal of Sex Research, 2001)
soulignent combien l’usage d’euphémismes est associé à une incertitude sur l’étendue de ce qui est désigné, comme le notent les chercheuses : « On pensait que foufoune (muff) désignait les poils pubiens, mais les personnes enquêtées l’utilisaient pour désigner le
vagin. »

Mise à distance

Et ce n’est pas tout à fait un hasard ! Le flou qui flotte sur la Zézette traduit le flou qui règne sur l’anatomie des femmes : dans les pays anglophones, la confusion entre vulve (l’extérieur) et vagin (l’intérieur) est quasi systématique… et, en France, on ne fait pas toujours mieux. On se consolera cependant avec un autre prénom : les Roberts, qui désignent les seins. Sans ambiguïté.

Reste une question : pourquoi des prénoms ? Sans doute pour opérer une mise à distance de cette zone dangereuse. Car, si elle porte un prénom, elle n’est pas vraiment « moi » – et je ne suis pas coupable de ses réactions. Même chose pour le choix de prénoms rigolos : Popaul et Zézette dédramatisent. On peut nommer le sexe, et en rire.

Cette chronique est la dernière des rubriques Les mots du sexe et Le prénom des gens. Vous pouvez retrouver les chroniques de Baptiste Coulmont sur les prénoms ici.