Le prix de mode de l’Andam dévoile le nom de ses finalistes

CONCOURS – La sélection, plus large qu’à l’accoutumée, met l’accent sur une jeune création internationale et engagée sur les questions sociales.

Quelques mois seulement après avoir fait le buzz sur les réseaux sociaux grâce à son jury, dans lequel se côtoient la créatrice culte Phoebe Philo et la star de la K-Pop Lalisa Manoban du groupe Blackpink, l’Andam révèle ses finalistes 2021.

Cette année, 7 marques sont encore en course pour décrocher les 300 000€ de dotation promis au vainqueur du Grand Prix. Elles sont anglaises (Wales Bonner, Bianca Saunders), américaine (AREA), allemande (GmbH), coréenne (Rokh) et françaises (Casablanca, Ludovic de Saint-Sernin). Quatre marques hexagonales espèrent, elles, remporter le Prix Pierre Bergé, doté de 100 000€ : Ester Manas, Uniforme, EGONlab et Charles de Vilmorin, nouvelle coqueluche de l’industrie, récemment nommé à la tête des collections de Rochas. L’atelier parisien de sacs Aswad, le créateur de bijoux français (et talentueux styliste magazine) Samuel François et les Autrichiens de Published By fameux pour leurs sacs comme faits de métal, se disputent, eux, la catégorie accessoires (dotée de 50 000€).

Les finalistes de l’Andam 2021 Andam

Identifier les talents internationaux

La sélection est plus étendue qu’à l’accoutumée (en 2019, on ne comptait que 4 finalistes). « L’année qui vient de s’écouler n’a pas été des plus simples pour la jeune création, justifie Cédric Charbit, président de Balenciaga et mentor de cette édition. Il nous semblait donc juste d’ouvrir la sélection des finalistes, afin de mettre en lumière plus de projets, qu’ils bénéficient de la visibilité qu’offre une finale du concours de l’Andam.»

Parmi les critères de sélection, la promesse d’installer durablement sa marque à Paris – s’ils ne sont pas tous français, les finalistes figurent sur le calendrier de la Fashion Week de la capitale. « Notre rôle est d’identifier les talents internationaux pour les aider à s’installer ici, explique Nathalie Dufour, fondatrice et directrice de l’Andam. C’est pour cette raison qu’outre la dotation financière, nous leur proposons un programme de mentorat avec Cédric Charbit, un PDG jeune qui fait des merveilles en faisant confiance à un créateur, Demna Gvasalia (l’influent directeur artistique de Balenciaga, NDLR). À travers les candidatures, nous avons pu constater chez ces jeunes designers une envie de bénéficier de cet accompagnement sans pareil.»

Parmi le jury de l’Andam, la créatrice Phoebe Philo et la chanteuse de K-Pop Lalisa Manoban. Andam

Toutes ces marques s’inscrivent dans leur temps, embrassant les questions d’inclusivité, de genre et d’écoresponsabilité, chères à la mode contemporaine. « Ces projets sont tous créativement très au point, en lien avec leur époque et susceptibles de la faire avancer, confirme Cédric Charbit. Nous avons fait le choix d’une édition de l’Andam très ouverte, plus internationale. Nous souhaitions que les finalistes reflètent aussi nos choix pour le jury, avec plus de femmes, plus de diversité et d’ouverture.» Selon Nathalie Dufour, toutes ont « été choisies pour la singularité de leur univers et l’engagement, qu’il soit social ou politique, et évidemment de développement durable.»

Dans les semaines à venir, le prestigieux jury doit se réunir, à Paris, et départager les finalistes qui présenteront quelques silhouettes de leur collection et leur projet entrepreneurial. Les noms des vainqueurs seront annoncés au cours d’une cérémonie qui aura lieu le 1er juillet au Ministère de la Culture.