Le renouveau du maillot

Par

Publié le 31 mai 2021 à 18h00 – Mis à jour le 01 juin 2021 à 08h52

Catherine Delzenne a 64 ans. Un sourire franc, des cheveux grisonnants et un corps ferme et délié, qui laisse apparaître le passage du temps avec élégance. Elle fait partie des mannequins qu’Alix de Moussac, fondatrice en 2013 avec son associée Aurélie Grandemenge de la marque de lingerie et maillots de bain La Nouvelle, a choisis pour incarner sa collection printemps-été 2021 consacrée à la plage. Ainsi, elle prend fièrement la pose dans un modèle une-pièce rouge au liseré doré ou dans un bikini vert amande. Elle est accompagnée d’Alizée Priso, jeune femme brisant les codes filiformes auxquels la mode nous a trop longtemps habitués, vêtue d’un deux-pièces bleu électrique.

« C’est important aujourd’hui d’avoir une vraie représentation de la diversité des âges et des morphologies, explique Alix de Moussac. Cela est vrai aussi bien dans le choix de nos mannequins, que bien évidemment dans les tailles que nous proposons. Nos clientes nous ont demandé de proposer plus de grandes tailles et c’est désormais quelque chose de naturel pour nous. »

Une prise de position qui s’inscrit dans le mouvement « body positivisme » qui a éclos ces dernières années, notamment sur les réseaux sociaux. Une manière de revendiquer le fait d’être bien dans corps, quelle que soit sa morphologie. Et le choix de son maillot de bain, moment souvent vécu comme une épreuve, a évidemment son rôle à jouer. La jeune génération de créateurs l’a d’ailleurs le plus souvent intégré dans son business model.

Catherine Delzenne, mannequin pour La Nouvelle.

Aimée Morand de Jouffrey, 23 ans, a lancé sa ligne de maillots de bain féminin en 2020, avec son amie Emma Macioce, sous le nom d’Aimante Paris. Sur leurs portants, des modèles destinés à toutes les femmes, de la taille 34 à la taille 44. « Nous voulions que notre marque soit inclusive. Nous avons toutes les deux des morphologies très différentes. Nous avons sondé nos mamans et nos amies sur Facebook pour recueillir toutes les problématiques liées au choix de son maillot de bain », détaille Aimée Morand de Jouffrey. Poitrine soutenue, coupes échancrées au bon endroit, matières confortables, autant de questions soulevées.

Le choix de la matière est en effet au cœur du renouveau du maillot. Cette dernière doit être impérativement responsable. « Nous utilisons principalement du polyamide recyclé fabriqué à partir de filets de pêche récupérés dans les océans. Nos packagings sont également recyclés et recyclables », précise Aimée Morand de Jouffrey. Nettoyer les océans tout en fabricant une matière première responsable, une pratique de plus en plus développée : « Nos fournisseurs s’y sont tous mis, en Italie et en Espagne notamment. Ils ont des partenariats avec des bateaux qui sillonnent la Méditerranée », détaille Alix de Moussac. Une tendance faite pour durer selon Atika Khireddine, acheteuse femme et bain pour les Galeries Lafayette et le BHV : « En un an, notre proposition de marques proposant des maillots façonnés dans des matières responsables a quasiment doublé, et le phénomène va s’amplifier. »

Il vous reste 48.36% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.