L’efficacité des aides aux Américains pendant la crise met la pression sur Joe Biden

Un chèque du plan de relance américain pour aider les familles à faire face à la pandémie de Covid-19.

Les programmes sociaux et les aides fiscales décidées par les démocrates et les républicains du Congrès et Donald Trump au début de la pandémie de Covid-19 ont permis de faire tomber en 2020 le taux de pauvreté après transferts aux Etats-Unis de 11,8 % à 9,1 %, soit un plus bas historique. Le revenu médian après impôt a, pour sa part, augmenté de plus de 4 % pour atteindre 62 800 dollars (53 200 euros). Telles sont les conclusions de l’étude annuelle de l’United Census Bureau, qui présentait ses résultats mardi 14 septembre.

Cette publication intervient alors que les chômeurs américains n’ont désormais plus droit, depuis le début du mois de septembre, aux allocations fédérales de 300 dollars par semaine et que Joe Biden peine à faire adopter par le Congrès un immense plan de 3 600 milliards de dollars de mesures sociales.

Le taux de pauvreté à un plus bas historique

D’autres chiffres sont moins roses que ceux précités : le revenu médian américain, qui sert habituellement de référence, a reculé de 2,9 % à 67 500 dollars (il avait bondi de 6,8 % l’année précédente). Ce sont les Américains au chômage qui ont payé l’addition, le revenu des salariés à plein temps ayant progressé de près de 7 %.

Les écarts entre groupes ethniques restent impressionnants, mais ils ont diminué : 45 870 dollars pour les Noirs (− 0,3 %), 55 321 pour les hispaniques (− 2,6 %), 74 912 pour les Blancs (− 2,7 %) et 94 903 pour les Asiatiques (− 4,5 %).

Toutefois, en cette année particulière, ces chiffres ont le défaut de ne pas prendre en compte les chèques envoyés par le fisc et les autres aides en nature. Ces coups de pouce ont permis d’afficher un revenu médian net après impôts de 62 800 dollars, en hausse de 4 % sur un an.

Logiquement, l’indice de Gini, qui mesure les inégalités, a augmenté légèrement avant impôts (0,489 contre 0,484), mais baissé sensiblement après prélèvements (0,428 contre 0,442). Il en est de même du taux de pauvreté. Défini de manière absolue, en fixant grosso modo ce qu’il faut pour survivre, il est passé de 10,5 % à 11,4 % après cinq années de baisse.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Avant l’épidémie de Covid-19, le taux de pauvreté aux Etats-Unis était au plus bas depuis 60 ans

Le seuil est fixé uniformément pour tout le territoire des Etats-Unis à 26 246 dollars par an pour une famille avec deux enfants : à cette aune, 37,2 millions d’Américains étaient pauvres en 2020, en hausse de 3,2 millions (19,5 % des Noirs, 17 % des Hispaniques et environ 8,1 % pour les Blancs et les Asiatiques). Mais si l’on prend en compte les aides en nature et les ajustements faits selon le coût de la vie et les dépenses nécessaires au travail ou à la garde des enfants, le taux de pauvreté est tombé à un plus bas historique de 9,1 %.

Il vous reste 58.85% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.