L’emploi reprend aux Etats-Unis, mais sans surchauffe

Un restaurant de Mayfield Heights, dans l’Ohio, est à la recherche d’employés, le 4 juin 2021.

La reprise du marché du travail se poursuit, mais moins rapidement qu’espéré. Les Etats-Unis ont créé en mai 560 000 emplois, ce qui a permis au taux de chômage de reculer de 6,1 % à 5,8 % de la population active.

Ce chiffre s’explique notamment par les 292 000 postes retrouvés dans le tourisme, l’hôtellerie et la restauration : les entreprises de ces secteurs rouvrent leurs portes avec la fin de la crise du Covid-19, plus de la moitié de la population adulte étant vaccinée. S’y ajoutent plus de 100 000 emplois dans l’éducation, alors que les écoles rouvrent.

L’économie américaine a recréé 14,7 millions des 22 millions d’emplois détruits au début de la pandémie, mais elle accuse toujours un retard de 7,2 millions en la matière par rapport au mois de janvier 2020.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi L’économie américaine chauffée à blanc par sa sortie de la crise du Covid-19

Le chiffre de mai était attendu avec impatience par tous les observateurs – économiques, politiques – après la performance calamiteuse d’avril : le pays n’avait créé ce mois-là que 266 000 emplois, beaucoup moins que le million espéré. La publication de cette statistique décevante avait mis le président Joe Biden en difficulté, les républicains accusant son plan de relance massif d’être coûteux et inefficace.

Le chemin sera long

Le chiffre d’aujourd’hui est un soulagement, même s’il est inférieur aux 670 000 créations d’emplois attendues par les économistes. « C’est un progrès historique », a déclaré M. Biden vendredi 4 juin. « Aucune autre grande économie au monde ne connaît une croissance aussi rapide que la nôtre. Aucune autre grande économie ne crée des emplois aussi rapidement que la nôtre. », a ajouté le président démocrate à l’approche du G7 au Royaume-Uni.

Les républicains n’ont naturellement pas fait cette analyse, alors qu’ils reprochent à Joe Biden, avec l’allocation-chômage hebdomadaire de 300 dollars (245 euros), d’inciter les Américains à refuser des emplois. « Encore un mauvais rapport sur l’emploi – 100 000 emplois de moins que les estimations des experts, a tweeté le leader des républicains à la Chambre des représentants, Steve Scalise (Louisiane). C’est ce qui arrive lorsque vous payez des gens à ne pas travailler. A quoi les démocrates s’attendaient-ils ? »

Lire aussi : Le plan Biden, succès politique et risque économique

La Réserve fédérale (Fed) de San Francisco, qui a travaillé sur le sujet à l’été 2020 pour évaluer l’impact des mesures Trump (600 dollars à l’époque), n’avait pas trouvé d’effet significatif. En revanche, il existe plus de huit millions d’emplois non pourvus et vingt-cinq Etats fédérés ont décidé de ne plus attribuer la prime de 300 dollars contestée : dès le 12 juin pour l’Alaska et le Missouri, le 26 juin pour la Floride, à partir du 19 juillet pour l’Indiana. Le programme doit s’éteindre début septembre.

Il vous reste 50.51% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.