« Les Afghans, sacrifiés au nom de la paix » sur Arte : entre les discours et la réalité, l’envers du décor

Le groupe ArtLords (« Seigneurs de l’art ») réunit des artistes ayant décidé de reprendre l’espace urbain pour distribuer des messages de paix. Afghanistan, en 2019.

ARTE.TV – À LA DEMANDE – DOCUMENTAIRE

« Le pacte conclu avec les talibans pourrait faire une victime : le peuple afghan. » Prémonitoire, le commentaire de la documentariste Alexandra Jousset dans son film tourné en 2020. Le pacte en question est celui conclu le 29 février 2020 entre les Etats-Unis et les talibans, à Doha, au Qatar. En échange du retrait de toutes les forces étrangères du pays mi-2021, les talibans promettaient d’empêcher l’utilisation du sol afghan contre les Etats-Unis et leurs alliés ainsi que le lancement de négociations de paix interafghanes.

L’accord était censé apporter la paix. Mais les discussions entre les talibans et le gouvernement afghan ont tourné court et, dès le retrait des troupes américaines acquis, la guérilla s’est imposée. Jusqu’à la chute de Kaboul, le 15 août 2021.

Lire aussi : Au lendemain de la chute de Kaboul, la peur et la panique d’une population qui cherche à fuir

En alternant entretiens avec des officiels – l’ancien président Hamid Karzaï (2001-2014) ou le porte-parole des talibans au Qatar Suhail Shaheen – et exploration du territoire, Alexandra Jousset confronte discours et réalités pour raconter l’envers de l’accord. Le terrain, c’est le fonctionnement de l’école, de l’hôpital ou encore de la justice dans la province de Wardak, aux portes de Kaboul, reprise par les talibans depuis 2009, mais régulièrement bombardée par la coalition formée des forces américaines et de celles de l’OTAN, qui n’a pas toujours su épargner les populations.

Coûteuse stratégie américaine

Pour finir, le conflit aura coûté la vie à plus de 47 000 civils et près de 70 000 militaires et policiers afghans, selon l’analyse « Cost of War » du Watson Institute de l’université américaine Brown. Les Occidentaux y auront perdu près de 4 000 hommes (2 442 soldats américains et 1 444 des forces alliées). La guerre et la « reconstruction » auront coûté plus de 2 260 milliards de dollars (1 923 milliards d’euros) au contribuable américain.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi L’onde de choc géopolitique de la débâcle en Afghanistan

« L’échec de la guerre en Afghanistan a été de ne pas parler plus tôt directement avec les talibans », affirme sans ambages l’ex-diplomate américain Barnett Rubin, qui rappelle que « les négociations entre ennemis ne [s’étaient] jamais fondées sur la confiance, elles [étaient] fondées sur le fait de trouver une solution qui [fût] dans l’intérêt des deux parties ».

Lire aussi Guerre en Afghanistan : retour sur vingt ans de présence américaine

Au fil des témoignages, Alexandra Jousset questionne la coûteuse stratégie américaine, l’hypocrite instrumentalisation des droits des femmes, l’incurie et la corruption du pouvoir afghan, autant qu’elle décode la propagande talibane et les enjeux géostratégiques de la région. Les photographies de la reporter Véronique de Viguerie viennent documenter le sort des Afghans, pris entre de multiples feux.

Le peuple afghan fut le grand oublié de l’accord de Doha, entre des Américains, qui ne pensaient qu’à partir, et des talibans, qui piaffaient de revenir –, multipliant les déclarations vagues pour « donner des gages à l’Occident » et mettant en scène leur capacité à gouverner, ainsi que le montrent les rencontres que la documentariste a pu faire avec les insurgés, sur place.

Lire aussi « Afghanistan : vivre en pays taliban », sur Arte : un village à l’heure islamique

Arte rediffuse sur son site d’autres documentaires marquants pour éclairer l’actualité afghane, et notamment la série (en quatre épisodes) Afghanistan, un pays meurtri par la guerre (2019), retraçant l’histoire de ce pays depuis les années 1960. Afghanistan, vivre en pays taliban (2021) est une remarquable plongée dans les zones contrôlées par les talibans, qui témoigne de la vie sous leur régime.

Les Afghans, sacrifiés au nom de la paix, documentaire d’Alexandra Jousset (Fr., 2020, 53 min). Sur Arte.tv jusqu’au 15 octobre.