« Les candidats » ou l’importance des files d’attente en politique

Livre. Au printemps 2017, le sociologue Etienne Ollion avait éclairé d’un jour nouveau la querelle, récurrente, sur la professionnalisation du monde politique. Dans un ouvrage coécrit avec le politiste Julien Boelaert et le sociologue Sébastien Michon (Métier : député, Raisons d’agir), il avait repéré un phénomène qui passe le plus souvent inaperçu : depuis les années 1970, les députés, avant d’être élus, patientent de plus en plus longtemps dans l’antichambre de la « République des collaborateurs » – les élus de 2012 y avaient passé deux fois plus de temps que ceux de 1978. La politique, concluait le chercheur du CNRS, est de plus en plus affaire de patience…

Lors de la publication du livre, une tourmente politique bouleversait cependant la donne. Au terme d’une campagne dénonçant sans relâche l’usure des « professionnels de la politique », Emmanuel Macron remportait l’Elysée. Dans son sillage, des dizaines d’inconnus s’installaient sur les bancs de l’Assemblée nationale. Ces nouveaux venus, recrutés au terme d’un appel à candidatures, avaient remonté à la vitesse de l’éclair la « file d’attente », grillant la politesse à des professionnels aguerris qui patientaient dans les milieux politiques depuis de longues années : maires, conseillers de cabinet, collaborateurs parlementaires.

Nouveau paradigme

Pour un sociologue qui entendait penser les carrières politiques à l’aune de l’attente, ce nouveau paradigme était l’occasion rêvée d’étudier in vivo cette brusque modification des règles du jeu. Depuis 2017, Etienne Ollion a donc suivi pas à pas le laboratoire de l’Assemblée nationale : il a multiplié les entretiens, poursuivi les observations au Palais- Bourbon, mais aussi analysé, comme dans son premier ouvrage, une quantité impressionnante de données sur le profil, la trajectoire et les pratiques de ces novices élus au nom de la lutte contre la « professionnalisation » des élites politiques.

Le « grand contournement » de 2017, conclut-il, inaugure, sans conteste, un renouvellement inédit de l’Assemblée. Au lendemain des législatives, 72 % des députés entamaient leur premier mandat (contre environ un tiers en temps normal), près de 40 % étaient des femmes (contre 25 % en 2012) et leur âge moyen chutait de 56 à 49 ans. Le fameux « système d’attente » mis en place depuis les années 1970 était en outre puissamment « reconfiguré » : alors que les députés du Parti socialiste et de Les Républicains avaient, en moyenne, déjà passé près de vingt ans en politique, ceux de La République en marche affichaient une ancienneté quatre fois moindre.

Il vous reste 52.74% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.