Les croisières reprennent en France, deux bateaux appareillent à Marseille

L’industrie des bateaux de tourisme, qui a contribué à la propagation du Covid-19, reprend son rythme de croisière. Deux paquebots, l’un de MSC Croisières et l’autre de Costa Croisières, ont embarqué, dimanche 4 juillet, des milliers de passagers dans le port de Marseille, lors d’une reprise de l’activité très encadrée, ont annoncé les compagnies.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi A Marseille, les croisières reprennent et ça n’amuse pas les riverains

Quelque 1 200 passagers ont quitté Marseille, port français accueillant le plus grand nombre de bateaux de croisière, à bord du MSC Seaside en fin d’après-midi. Patrick Pourbaix, directeur général de MSC Croisières France, s’est dit « très confiant » quant au protocole sanitaire – qui n’exige pas la vaccination des passagers mais plusieurs tests antigéniques – puisqu’« on a repris en août 2020 en Italie, on a embarqué 70 000 passagers avec ce même protocole sans aucun problème ».

« Ce qu’on a mis en place pour les bateaux de croisière va bien au-delà de ce qu’on peut voir à terre », a-t-il insisté auprès de l’Agence France-Presse (AFP). MSC a déjà effectué deux croisières-tests au départ de Marseille avec seulement quelques centaines de passagers à bord en juin.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi En Méditerranée, la croisière en semi-liberté

Le protocole prévoit notamment des « excursions “bulles” » lors desquelles les passagers effectuent par groupe de 35 personnes maximum des visites très encadrées. « On ne peut pas en sortir librement, c’est sûr, a admis M. Pourbaix, mais on bénéficie de visites VIP en petits groupes. »

Une croissance enrayée par la crise sanitaire

Le Seaside, qui effectue une croisière de sept jours en Méditerranée – ouverte à la réservation seulement deux mois plus tôt –, sera « à 50 % de sa capacité » seulement, alors que la jauge était fixée à 70 % maximum, a précisé M. Pourbaix. Avec des prix très bas, des bateaux à moitié vides et seulement 50 % de la flotte soit en activité, « on ne peut pas parler de rentabilité, mais on attire de nouveau les gens vers la croisière », a-t-il reconnu.

De son côté, Costa Croisières (groupe Carnival) s’est aussi félicité dans un communiqué du retour en France du Costa Smeralda. Il a embarqué 700 passagers, dimanche.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les croisières ont toujours du mal à reprendre la mer

Le redémarrage sera progressif : trente-sept escales sont programmées en juillet et août par les deux leaders du secteur, qui concerneront quelques milliers de passagers. C’est encore loin des quelque 2 millions de clients annuels d’avant la crise sanitaire.

Le Covid-19 a stoppé brutalement une croissance continue depuis dix ans dans le secteur, après un pic en 2019 à 29,7 millions de passagers dans le monde, dont 15,4 millions de Nord-Américains et 7,7 millions d’Européens, selon un rapport de la Cruise Line International Association (CLIA), association internationale de croisiéristes.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Incarnations de la pandémie, les croisières font de la résistance

Le Monde avec AFP